Groenland: Où ? Quand ? Comment?

Norvège 2015: Helgeland
11 mai 2016
Ferme au bord de la mer en venant de Stykkishólmur
L’Islande
11 mai 2016

Kayak  de  mer  au  Groenland
Où ? Quand ? Comment ?

Quatre fois plus grand que la France, le Groenland est presque entièrement recouvert par une calotte de glace de plus de 2000m d'épaisseur. Sa population est inférieure à 60000 habitants dont plus de 50000 sont regroupés sur la côte ouest, la côte est étant inhabitée hormis les deux villages de Tasiilaq et Ittoq.

Des centaines de kilomètres de côtes sauvages, découpées et abritées, des paysages sublimes, l'infinie variété des icebergs, les lumières du Nord et la magie de pagayer au milieu des glaces font du Groenland une destination incomparable pour les amoureux de grands raids en kayak de mer. Mais quand y aller ?, où aller ? et comment aller pratiquer le kayak de mer au Groenland ? 

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Brash-ice dans le fjord d'Inglefield - 22 août 2017

Brash-ice dans le fjord d'Inglefield - 22 août 2017

Où aller ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte dans le choix d'une destination.

1./ Le marnage :

Il complique sérieusement les accostages et les départs que l'on essaiera d'effectuer à marée haute ce qui n'est pas toujours possible. Le transport du kayak et de son chargement pour franchir les estrans est parfois long et malaisé. Le marnage est très faible dans le Scoresby Sund et sur la côte ouest entre Upernavik et la baie de Melville. Par contre, il atteint 1 à 2m au nord d'Uummannaq et 3 à 4m dans les fjords du nord autour de Qaanaaq.

Les courants sont peu gênants et s'inversent avec la marée, il suffit donc de choisir la bonne heure.

2./ Les accostages :

Certaines côtes sont formées par des falaises verticales ou des escarpements rocheux interdisant tout accostage sans parler des fronts de glaciers inaccessibles. De plus, on peut être amené à effectuer des traversées de fjords de 20, 25 ou 30km sans arrêt possible. Ce sont là des situations compliquées que l'on retrouve en baie de Melville et à travers les fjords autour de Qaanaaq. Par contre, toute la côte ouest entre Upernavik et Kullorsuaq, le Scoresby Sund et, dans une moindre mesure, les côtes au nord d'Uummannaq offrent de nombreuses possibilités d'accostage et des emplacements de camps d'où l'on peut effectuer d'intéressantes randonnées pédestres avec des vues magnifiques sur les fjords et les glaciers.

3./ La houle et les abris :

Les fjords autour de Qaanaaq et, encore plus, la baie de Melville, sont exposés à la houle et aux vents du large qui constituent une gêne importante pour des kayaks lourdement chargés. La plupart des autres côtes sont très découpées avec de nombreuses petites îles séparées par des chenaux, des détroits et des fjords plus ou moins larges qui protègent de la houle. Elles offrent une grande variété d'itinéraires, en boucle ou en traversée, avec des étapes à la carte, longues ou courtes.

Traversée Upernavik - Kullorsuaq - Soirée au camp 6 le 31 juillet 2012.

Traversée Upernavik - Kullorsuaq - Soirée au camp 6 le 31 juillet 2012.

En tenant compte des conditions de glace, des possibilités d'accès et des remarques ci-dessus, deux régions permettent de pratiquer le kayak de mer assez simplement dans un cadre exceptionnel. Il s'agit de la côte est autour du Scoresby Sund vers 70/71°N et de la côte ouest dans toute la partie comprise entre les latitudes 70° et 74°N, soit approximativement entre Uummannaq et Kullorsuaq. En particulier, le vaste archipel situé autour d'Upernavik cumule tous les avantages. Par contre, les fjords autour de Qaanaaq sont plus difficiles. Enfin, pagayer dans la somptueuse baie de Melville, est un voyage difficile et engagé mais extraordinaire. Voir  https://www.pulkayak.fr/melville-2014/

Upernavik 2009 - Soirée au camp 8 le 6 août 2009.

Upernavik 2009 - Soirée au camp 8 le 6 août 2009.

Un accès simple

Aucune autorisation n'est nécessaire pour pratiquer le kayak le long des côtes du Groenland. Cette pratique est libre sauf dans le Parc National qui recouvre toute la côte est au nord de la Terre de Liverpool. Des autorisations particulières coûteuses et difficiles à obtenir sont indispensables pour s'y rendre ce qui est regrettable car il s'agit sans doute de la plus belle partie du Groenland, voir  https://www.pulkayak.fr/les-alpes-de-stauning-1984/ . Sur la côte ouest, au nord de la baie de Disko, quatre villages sont desservis par des lignes aériennes régulières: Uummannaq, à plus de 70°N, Upernavik vers 73°N, Kullorsuaq à l'entrée de la baie de Melville et Qaanaaq à plus de 77°N. Uummannaq, Upernavik et Qaanaaq disposent d'un petit aéroport, tandis que Kullorsuaq est simplement desservi par une ligne régulière d'hélicoptère au départ d'Upernavik.

Sur la côte est, le village d'Ittoq, bien placé à l'entrée du Scoresby Sund est desservi par une ligne d'hélicoptère au départ de l'aéroport de Constable Point situé à 40km d'Ittoq, sur le Hurry Fjord. Constable est desservi par des lignes aériennes régulières au départ de l'Islande ou de Nuuk selon les périodes.

Une ligne de transport maritime de la compagnie Royal Arctic Line (RAL) ravitaille tous les villages depuis le port danois de Aalborg ce qui permet d'acheminer du matériel sur place de manière fiable et peu onéreuse. Dans tous les villages, on peut trouver un bateau pour effectuer une dépose ou une reprise à un endroit précis et à une date convenue.

Baie de Melville - Glacier Steenstrup le 7 août 2014.

Baie de Melville - Glacier Steenstrup le 7 août 2014.

Upernavik 2009 - Entre les camps 26 et 27 - 30 août 2009.

Upernavik 2009 - Entre les camps 26 et 27 - 30 août 2009.

Un climat variable

Au Groenland, le temps s'améliore vers le nord. L'été, à partir de 69° ou 70°N, il fait souvent beau, avec peu de vent, peu de pluie et un jour permanent qui élimine les contraintes d'horaires. Sur la côte ouest, au sud de Kullorssuaq, et sur la côte est autour du Scoresby Sund, les températures sont positives jusqu'à la fin du mois d'août. Par contre, dès cette époque, la baie de Melville et, plus au nord, le fjord d'Inglefield peuvent commencer à geler.

Mais rien n'est jamais certain avec la météo. Après 7 voyages en kayak au Groenland, nous avons connu 3 étés superbes en 2007, 2009 et 2010, 2 autres acceptables en 1999 et 2012, un exécrable en 2014 et le dernier en 2017, assez venté et très nuageux. S'agit-il d'un changement récent du climat estival au nord de 70°N ? Impossible aujourd'hui de répondre à cette question.

Tour de l'île de Milne - Lagopède au-dessus du camp 15 le 24 août 2010.

Tour de l'île de Milne - Lagopède au-dessus du camp 15 le 24 août 2010.

Une faune bien présente

Bien que malheureusement en recul, la faune sauvage demeure bien présente: renards, phoques, narvals et baleines, sans oublier les oiseaux pêcheurs par milliers, les canards, oies sauvages et lagopèdes. Les ours polaires sont très rares l'été et les morses improbables. Les boeufs musqués sont largement répandus sur les zones herbeuses autour du Scoresby Sund mais rares sur la côte ouest. A marée basse, il est facile de récolter des moules excellentes mais nous n'avons pas vu beaucoup de poissons.

Une nature préservée

Seuls quelques véhicules circulent à Uummannaq, Upernavik, Ittoq ou Qaanaaq sur les 2 ou 3 km de piste existante. Pas de routes, pas de voitures, aucune construction ou pylône le long des côtes, aucun autre bruit que celui des oiseaux, du vent, de la mer et du fracas des icebergs.La fréquentation touristique est très faible. Ainsi, lors d'un périple réalisé en 2012 entre Upernavik et Kullorsuaq, nous avons rencontré seulement quatre kayakistes et trois grimpeurs à Upernavik et un voilier de croisière à Nuussuaq. En 2014 à travers la baie de Melville tout comme en 2017 autour de Qaanaaq, nous n'avons rencontré aucun touriste durant 6 semaines.

Upernavik-Kullorsuaq 2012 - Soirée sur l'île Björling le 25 août 2012.

Upernavik-Kullorsuaq 2012 - Soirée sur l'île Björling le 25 août 2012.

Upernavik 2009 - Renard au camp 5 le 2 août 2009.

Upernavik 2009 - Renard au camp 5 le 2 août 2009. 

Liberté, tranquillité, sécurité

Le Groenland offre une liberté extrêmement précieuse qui devient très rare aujourd'hui, celle de s'arrêter quand on veut, où l'on veut. Liberté d'installer des camps en toute tranquillité et en toute sécurité, avec l'assurance de les retrouver intacts si l'on part randonner plusieurs jours. Attention cependant aux nombreux renards très intéressés par la nourriture.

Pagayer au milieu des glaces

Pagayer au milieu des glaces, sur une eau à 2°C, est un exercice assez éloigné de la pratique du kayak dans les régions tempérées. Quelques connaissances relatives aux icebergs et à la calotte glaciaire sont nécessaires pour assurer la sécurité. La partie émergée d'un iceberg représente seulement un huitième de sa masse totale. Ce pourcentage peut varier légèrement en fonction des densités respectives de la glace et de l'eau de mer mais il se situe toujours au voisinage de cette valeur.

Tour de l'île de Milne - Iceberg devant le camp 19 le 30 août 2010.

Tour de l'île de Milne - Iceberg devant le camp 19 le 30 août 2010.

Poussés par le vent ou entraînés par les courants marins, les icebergs se déplacent sans prévenir, silencieusement et parfois rapidement. Il n'est pas rare d'installer un camp dans une baie tranquille et de se réveiller avec une grande tour de glace devant la tente. La partie émergée d'un iceberg fond et se fracture progressivement. Des blocs de glace se détachent et tombent dans la mer. Ce phénomène brutal et fréquent, que rien ne laisse présager, est dangereux. Un kayak peut être écrasé par la chute de plusieurs tonnes de glace s'il est très proche ou chavirer sous l'effet de la vague créée s'il est un peu plus éloigné.

Baie de Melville - Glacier fossile sur l'île de Red Head le 30 juillet 2014.

Baie de Melville - Glacier fossile sur l'île de Red Head le 30 juillet 2014.

 

Upernavik-Kullorsuaq 2012 - Vue depuis le camp 18 le 19 août 2012.

Upernavik-Kullorsuaq 2012 - Vue depuis le camp 18 le 19 août 2012.

De plus, un iceberg qui perd un bloc de glace important est déséquilibré; il va osciller à la recherche d'une nouvelle position d'équilibre et créer une zone de brash-ice. Au cours de cette oscillation, de nouveaux blocs de glace peuvent se détacher. La partie immergée va émerger en tout ou en partie, créant une vague importante. Cette vague est dangereuse pour le kayak situé au voisinage et peut aller recouvrir les côtes voisines. Il ne faut donc pas naviguer près d'un iceberg et conserver une distance minimale variable selon sa taille.

Lorsque la calotte glaciaire est en contact direct avec la mer, des blocs de glace de plusieurs millions de tonnes peuvent se détacher et dériver au large. Ce vêlage d'icebergs de grandes tailles crée des vagues particulières apparentées à un tsunami qui peuvent se propager très loin. Elles ne présentent pas de danger pour une embarcation située à une distance raisonnable du point d'impact mais peuvent être dévastatrices en arrivant sur les côtes.

Tour de l'île de Milne - Icebergs dans le détroit de l'Ile Rouge le 11 août 2010.

Tour de l'île de Milne - Icebergs dans le détroit de l'Ile Rouge le 11 août 2010.

Il est donc dangereux de naviguer à moins de 3 ou 4km du front de la calotte ou d'accoster à moins de 5km. La baie de Melville et les isfjords situés au nord d'Upernavik sont exposés à ces vêlages de grands icebergs, ce qui n'est pas le cas des fjords au sud d'Upernavik et du Scoresby Sund sur la côte est.

Il faut aussi être vigilant lorsque l'on accoste et surveiller la mer. Un court moment d'inattention avait failli mal tourner en 2007 lorsque Béatrice et un kayak qu'elle tentait de retenir ont été projetés dans l'eau suite au vêlage d'un pan de la calotte. Par chance, les vagues étaient petites et nous avions un second kayak pour aller récupérer le premier emporté par la vague. Les camps et le matériel doivent donc être installés tous les soirs à au moins 7 ou 8m d'altitude; jusqu'à 10m selon les Inuits.

 

Baie de Melville - Départ du camp 13 le 17 août 2014.

Baie de Melville - Départ du camp 13 le 17 août 2014.

Traversée Upernavik - Kullorssuaq. Jean-Marc et Michele naviguent entre les camps 21 et 22 le 25 août 2012.

Le matériel

Nous utilisons des kayaks biplaces Nautiraid très bien adaptés à de longues randonnées en autonomie. Ce sont des kayaks démontables avec une ossature en bois, ce qui facilite considérablement le transport et le stockage. Ces kayaks possèdent deux stabilairs latéraux gonflables et sont très stables. De plus, le modèle biplace «Expédition», long de 5m40, peut supporter une charge de 300kg permettant à deux personnes de partir en autonomie totale pendant au moins 40 jours. Peu de modèles offrent une telle liberté. Cependant, ces kayaks supportent mal le clapot et sont peu adaptés à une navigation avec du vent. Ils sont moins rapides, mais beaucoup plus stables, que les kayaks rigides. Si l'on est quatre, deux solides manches de pioche en bois sont très utiles pour sortir les kayaks de l'eau et les mettre rapidement à l'abri. Si l'on est deux, un chariot à roulettes est indispensable pour éviter de décharger le kayak tous les soirs. Le chariot néo-zélandais de la marque C-Tug est très solide et bien adapté.

Tour de l'île de Milne. 18 août 2010.Tour de l'île de Milne. 18 août 2010.

La température de l'eau se situant autour de 2°C, une combinaison étanche, pourvue d'une ouverture adaptée aux garçons et aux filles, est indispensable. Pour protéger les pieds de ces précieuses combinaisons, nous utilisons des chaussures de canyonisme, légères et confortables, qui ne craignent ni l'eau, ni les cailloux. Le gilet de sauvetage est évidemment de rigueur.

Les vivres sont très classiques et ne méritent pas de remarque particulière; chacun les adaptera à ses goûts. Tout doit être amené depuis la France et être soigneusement emballé pour éviter d'être mouillé (et salé!). Pour cela, il est conseillé d'emballer la nourriture sous vide à la maison. Nous utilisons depuis longtemps un réchaud à essence MSR fiable et léger.

Tour de l'île de Milne - Le Harefjord le 20 août 2010.

Tour de l'île de Milne - Le Harefjord le 20 août 2010.

 

Tour de l'île de Milne - Le Fonfjord et la côte nord de Gaseland le 7 août 2010.

Il doit cependant être doublé, de même que la gamelle. On trouve de l'essence dans tous les villages. Ne pas oublier de prendre des bouteilles métalliques vides, parfaitement étanches, ainsi que des joints de rechange. Une bouteille d'essence qui fuit dans un kayak est un désastre susceptible de conduire à l'interruption du voyage.

Les vêtements individuels et le matériel de camping sont ceux utilisés pour un camping estival avec des températures positives jusqu'à la mi-août, pouvant devenir négatives au-delà. La pluie et le vent peuvent être importants et, selon les endroits et les années, les moustiques ne sont pas à négliger.

Le fusil complique le chargement car il doit être facilement et rapidement accessible, tout en étant parfaitement protégé de l'eau de mer. Il est cependant conseillé en cas de rencontre avec un ours affamé; un fourreau étanche est utile pour le protéger.

D'une manière générale, un raid en kayak de mer au Groenland est un voyage long et engagé. Quel que soit le type de matériel, ses principales qualités sont la solidité et la fiabilité. La légèreté et l'ultra léger, si appréciés de nos jours, sont rarement compatibles avec un usage long et intensif dans des conditions parfois sévères. Si un produit est à la fois léger et fiable, c'est évidemment l'idéal, mais si l'on doit choisir entre solidité et légèreté, il faut toujours choisir la solidité, peu importe le poids qui est peu important ici.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Devant le camp 17 le 18 août 2012.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Devant le camp 17 le 18 août 2012.

Le transport

Pour acheminer le matériel sur place, nous utilisons le fret maritime de la compagnie danoise “Royal Arctic Line”, basée au port de Aalborg au nord du Danemark. Cette compagnie dessert Uummannaq, Upernavik et Qaanaaq sur la côte ouest, ainsi que Ittoq et Tasiilaq sur la côte est. En règle générale, les caisses doivent être prêtes en France au début de juin. Elles sont enlevées à notre domicile et livrées dans les entrepôts de la compagnie au Groenland. Ce système est très fiable, rapide et peu onéreux. Le retour du matériel en France se déroule de la même manière, les caisses sont déposées sur place et livrées à notre domicile. Lors de la réservation du fret pour le voyage aller, ne pas omettre de réserver le retour et de le confirmer sur place lors de la récupération des caisses. Les dates d'arrivée des bateaux conditionnent évidemment la date de réservation des avions. Consulter le site www.ral.gl pour connaître ces dates.

Notre acheminement personnel utilise les lignes aériennes régulières de la compagnie Air Greenland au départ de Copenhague. C'est la seule compagnie qui assure la desserte de Kullorsuaq, Upernavik, Uummannaq et Qaanaaq sur la côte ouest. Sur la côte est, Constable Point et Ittoq peuvent être rejoints depuis l'Islande ou depuis le Groenland.

Les vols ne sont pas quotidiens. Pour gagner la côte ouest depuis la France, le voyage dure deux jours à l'aller, avec une nuit obligatoire à Copenhague et trois jours au retour, avec deux nuits obligatoires à Ilulissat et Copenhague. Pour la côte est, la situation varie d'une année à l'autre avec un parcours possible par l'Islande ou par Copenhague. Réservations et horaires sur www.airgreenland.com ou auprès des compagnies islandaises.

Le prix des billets est élevé et dépend fortement de la date du départ et de la date d'achat.

 

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Au-dessus du camp 21 le 23 août 2012.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Au-dessus du camp 21 le 23 août 2012.

Upernavik 2009 - Le camp 20 le 21 août 2009.

Upernavik 2009 - Le camp 20 le 21 août 2009.

Le calendrier

Il dépend de la date d'arrivée du bateau transportant les caisses de matériel. Si l'on a le choix, un départ vers le 15 juillet est parfait mais nous sommes souvent partis plus tard pour des raisons de congés.

En l'état actuel des transports, la durée minimale d'un voyage est de 4 semaines, soit 17 jours pour pagayer ou mieux 5 semaines avec 24 jours disponibles sur le kayak. En 2012 et 2014, nous sommes partis 6 semaines, mais il s'agissait de traversées exceptionnelles.

Les cartes et l'orientation

Le Groenland est couvert par une série de cartes au 1/250.000ème indispensables pour préparer un voyage et le conduire sur le terrain. Malgré leur échelle et leur ancienneté, ces cartes sont exactes et très précises pour ce qui concerne le relevé des côtes, point essentiel pour une randonnée en kayak. Lorsque la visibilité est bonne, ces cartes sont suffisantes pour naviguer. Par contre, l'important recul des glaciers n'est pas représenté. Des reculs des fronts de glaciers de 10km sont assez courants sur la côte ouest où plusieurs nunataks se sont transformés en îles.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Coucher de soleil à l'île Björling le 25 août 2012.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Coucher de soleil à l'île Björling le 25 août 2012.

Il existe 2 éditions de ces cartes. Une première édition ancienne, avec une impression de bonne qualité, une légende, une indication d'assemblage et des feuilles séparées par 1° de latitude. Ces cartes sont aujourd'hui épuisées mais demeurent consultables sur Internet:

http://en.nunagis.gl/cbkort?selectorgroups=themecontainer&mapext=-2408857%206238243.3%203292775%209475721.7&layers=theme-byer-bygder%20theme-gtk&mapheight=1077&mapwidth=1923&profile=nun0000_public

Une édition plus récente, peu soignée, publiée par Sagamaps, utilisant les mêmes relevés, avec une impression assez médiocre, pas de légende ni de marge, et un découpage différent. Ces cartes sont disponibles sur  http://www.greenland-guide.dk/sagamaps/ou sur  http://www.stanfords.co.uk   Noter que la série des Sagamaps ne reprend pas la totalité de l'ancienne édition, en particulier sur la côte est.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Arrêt entre les camps 17 et 18 le 18 août 2012.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Arrêt entre les camps 17 et 18 le 18 août 2012.

 

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Départ du camp 17 le 18 août 2012.

Traversée Upernavik-Kullorsuaq - Départ du camp 17 le 18 août 2012.

Lors de l'usage de la boussole, attention à la déclinaison magnétique, très marquée sur la côte ouest, où elle peut atteindre 50°.

Un GPS est utile en cas de brouillard ainsi que pour enregistrer la position du camp lorsque l'on part randonner, ou en cas d'accident. Mais nous n'en avions pas lors de nos deux premières traversées en kayak de mer de 1997 et 1999. Depuis 2010, nous disposons d'un téléphone satellite. Antérieurement, nous utilisions une balise de détresse.

Notes

Brash-ice: Glaçons flottant sur la mer, de taille décimétrique ou métrique pour les plus importants, provenant de la fracturation des icebergs ou de la dislocation d'une banquise. Ils sont constitués d'eau douce s'ils proviennent d'un iceberg ou d'eau salée s'ils ont été formés à partir d'une banquise.

Isfjord: Fjord dont la partie amont est en contact avec la calotte ou un glacier important qui vêlent des icebergs. Un isfjord est donc plus ou moins recouvert de brash-ice et d'icebergs.

Nunatak: Ilot rocheux dépassant d'un glacier ou d'une calotte glaciaire.

Øer: Ile en danois. Jensen Øer, Garde Øer etc...

Polynie: Zone d'eau libre apparaissant à certains endroits, toujours les mêmes, d'une banquise fermée.

Slush: Neige molle, plus ou moins fondue, se trouvant à la surface de la glace sur une mer encore gelée.

Inlandsis: Glacier de très grande étendue recouvrant la terre ferme; c'est ici la calotte polaire du Groenland.

Upernavik 2009 - Le front de la calotte depuis la balade au-dessus du camp 7 le 5 août 2009.

Upernavik 2009 - Le front de la calotte depuis la balade au-dessus du camp 7 le 5 août 2009.