Pôle Sud 1911/2011

L’expédition de la Terra Nova
7 mai 2019
Terre de Baffin: fjord de SamFord, Stewart Valley
2 novembre 2019

Centième anniversaire. C’est en effet le 14 décembre 1911 que le Pôle Sud a été atteint pour la première fois par le Norvégien Roald Amundsen et ses 4 coéquipiers. 5 semaines plus tard, le 18 janvier 1912, l’Anglais Robert Scott et ses 4 compagnons y parvenaient à leur tour. Ils n’en sont jamais revenus.

Cet épilogue tragique conclut une longue histoire, marquée par la rivalité entre Shackleton et Scott pour gagner la course au Pôle qu’ils perdront tous les deux. De terribles souffrances, des morts et un désastre total mais aussi un exploit inégalé font de la conquête du Pôle Sud un chapitre unique de l’histoire des explorations polaires.

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir

L'expédition Scott en route vers le Pôle. De G à D: Evans, Oates, Wilson et Scott. Photo prise par Bowers près du Pôle, sans doute le 8 ou 9 Janvier 1912.

Les Anglais en marche vers le Pôle. De G à D: Edgar Evans, Oates, Wilson et Scott. Photo prise par Bowers, qui n'avait pas de skis, peu avant leur arrivée au Pôle, sans doute le 14 ou 15 janvier 1912.

L'expédition Amundsen arrive à l'étape. Remarquer les traîneaux, la roue qui mesure la distance parcourue, les 5 paires de skis et les chiens. Photo prise à la latitude 85° vers le 15 novembre 1911.

Les Norvégiens en route vers le Pôle. Noter les 5 paires de skis, les chiens, les traîneaux chargés, les roues pour mesurer la distance parcourue. Novembre 1911.

UN  PEU  DE  GÉOGRAPHIE

L’Antarctique est un vaste continent (22 fois la France) centré sur le Pôle. Entaillé par les deux immenses baies de la mer de Weddell et de la mer de Ross, il s’étend jusqu’à des latitudes de 60 à 65° seulement. Les montagnes Transantarctiques s’étendent sur 3000km de long à des altitudes dépassant souvent 4000m et le Pôle est situé sur un vaste plateau, à près de 3000m d’altitude. Aller en Antarctique est un voyage très difficile.

1./ Il faut tout d’abord franchir la zone des 40èmes et des 50èmes de l’hémisphère sud, balayée par des vents d’ouest tempêtueux et permanents. Durant près de 3 siècles, des centaines de navires marchands reliant l’Europe et l’Asie ont fait naufrage dans les 50èmes en essayant de franchir le cap Horn. L’accès à l’Antarctique est donc réservé à un bateau et un équipage confirmés. Ce n’est pas un hasard si tous les explorateurs polaires étaient des officiers de marine. Le Pôle Sud n’a pas été conquis par des montagnards mais par des marins.

2./ Ces 50èmes franchis, on se heurte à une banquise qui s’étend loin vers le nord et bloque tout accès au-delà de 60/62° de latitude en dehors de l’été, et encore, pas partout et pas tous les étés. Une fois la banquise franchie, l’accès au Pôle depuis l’Antarctique oriental est impossible en raison de la distance (5000km aller-retour).

En mer de Weddell

3./ Reste l’accès par la mer de Ross ou la mer de Weddell. Mais la mer de Weddell est encombrée de glaces, même en été, ce qui interdit un accès maritime au continent de ce côté. Quant à la mer de Ross, elle est bloquée par la Grande Barrière. De quoi s’agit-il ?

Un homme et son traîneau à la base de la Barrière de Ross.

Un homme et son traîneau à la base de la Barrière de Ross.

4./ Les glaciers qui s’écoulent vers la mer de Ross ont formé une plate-forme de glace flottante (ice-shelf) qui recouvre la mer de Ross. Cette plate-forme grande comme la France, est reliée au continent et se termine au nord par l’escarpement vertical de la Grande Barrière. Sa hauteur varie entre 10m et 100m, elle est continue sur 800km de long et évidemment infranchissable. Seules, la petite Baie des Baleines et la Baie de McMurdo située au pied du volcan Erebus permettent de franchir la Grande Barrière pour prendre pied sur l’ice-shelf de Ross.
Les expéditions vers le Pôle Sud sont donc parties de McMurdo ou de la Baie des Baleines. La distance au Pôle est alors d’environ 1400 à 1500km et comme il faut bien en revenir, la conquête du Pôle Sud suppose un parcours de 3000km dans les conditions climatiques de l’Antarctique.

La Grande Barrière de Ross et l'ice-shelf de Ross en arrière. Cette Barrière verticale, d'une hauteur variant de 10m à 100m selon les endroits, est continue sur une distance de 800km et bloque évidemment tout accostage d'un navire.

5./ Un comité d’accueil attend les audacieux qui se sont aventurés jusque sur le continent antarctique. Il est formé par les vents les plus violents et les températures les plus basses jamais enregistrés sur la planète Terre.

Les vents, sont à la fois violents et fréquents. Pour exemple, à la station de Terre Adélie, on observe en moyenne 110 jours par an avec des vents de plus de 100km/h dont plusieurs jours chaque année avec des rafales à 200km/h. C’est ici qu’on a enregistré des vents supérieurs à 300km/h qui constituent le record du monde dans ce domaine.

Les montagnes Transantarctiques

La chaîne des montagnes Transantarctiques que l'on doit franchir pour atteindre le Pôle Sud.

Du côté des températures, ce n’est pas évident non plus puisque la station russe de Vostok sur le plateau oriental antarctique détient le record des températures terrestres les plus basses avec des valeurs situées autour de -90°C.

6./ Enfin, la route vers le Pôle est barrée par la chaîne des montagnes transantarctiques qu’il faut franchir en remontant des glaciers crevassés sur près de 3000m de dénivelée.

Toutes ces difficultés géographiques et climatiques expliquent que l’existence même de l’Antarctique n’ait été connue que très tardivement.

Le cratère de l'Erebus culmine à 3800m d'altitude et domine la baie de McMurdo. Il a été gravi par 6 membres de l'expédition Shackleton conduits par le géologue Edgeworth David le 10 mars 1908.

Le cratère de l'Erebus culmine à 3800m d'altitude et domine la baie de McMurdo. Il a été gravi par 6 membres de l'expédition Shackleton conduits par le géologue Edgeworth David le 10 mars 1908.

UN  PEU  D'HISTOIRE

1492 : Christophe Colomb débarque sur le continent américain. Début de la conquête de l'Amérique par les Européens.

1519 – 1522 : Premier tour du monde de Magellan. Parti d'Espagne en août 1519, il gagne les côtes d'Amérique du Sud. Cherchant un passage vers le Pacifique, il découvre le détroit qui porte son nom et rejoint ainsi le Pacifique sans franchir le cap Horn qui était inconnu. Il traverse le Pacifique et atteint les Philippines où il est tué au cours d'un combat contre des indigènes. Son navire, le Victoria, regagne l'Espagne en septembre 1522.

A partir de cette époque, et jusqu'à la découverte du cap Horn un siècle plus tard, le détroit de Magellan devient une route commerciale importante pour les navires assurant le transport des marchandises entre l'Europe et l'Asie.

Portrait de Fernando de Magallanès (Magellan) -(1480?-1521).

Magellan

1616 - 1624 : Découverte du cap Horn qui est aperçu pour la première fois en 1616 par un navire de marchands hollandais qui ne franchit pas le cap. Ce n'est que 8 ans plus tard que l'on comprend qu'il s'agit d'un passage permettant de rejoindre le Pacifique. Dès lors, et jusqu'à la fin du 19ème siècle, les navires marchands abandonnent le détroit de Magellan; le cap Horn devient alors une des deux routes maritimes reliant l'Europe et l'Asie.

1772 - 1775 : Second voyage de Cook. Après son premier voyage, Cook est chargé par la Royal Geographical Society de repartir vers le sud à la recherche d'un supposé continent austral. En janvier 1773, Cook à bord du Résolution, découvre la Géorgie du sud et les îles Sandwich avant de franchir le Cercle Polaire antarctique pour la première fois et d'atteindre la latitude de 71°10'. Il effectue une longue exploration de la zone antarctique et passe près du continent sans le voir. A son retour en Angleterre, Cook conclut qu'il n'existe pas de continent au sud du Cercle Polaire.

Portrait du Capitaine James Cook (1728 - 1779).

Le Capitaine Cook

1821 - 1824 : Le voyage de Weddell. Après une campagne de chasse au phoque autour de la Géorgie du sud, Weddell met le cap au sud à la recherche de nouvelles zones de pêche. Bénéficiant de conditions exceptionnelles de glace et de temps, il pénètre dans la mer qui porte aujourd'hui son nom et, en janvier 1823, atteint la latitude de 74°15'. Il ne voit pas le continent et, confirmant le rapport de Cook, conclut que la mer s'étend jusqu'au Pôle Sud.

1840 : Dumont d'Urville et Wilkes. En 1840, personne n'a encore seulement aperçu le continent antarctique mais, en l'espace de quelques mois, deux navigateurs vont commencer à lever le voile.

Dumont d'Urville quitte le port de Hobart le 1ér janvier 1840 avec ses deux navires l'Astrolabe et la Zélée. Le 20 janvier, il aperçoit la côte de ce qu'il va appeler la Terre Adélie (du nom de sa femme Adèle) et le 22 janvier 1840, il débarque sur un ilôt à 4km du continent. Le hasard fait que le 29 janvier, Dumont d'Urville croise la route du Vincennes, navire de l'expédition américaine de Charles Wilkes qui a lui aussi vu le continent le 25 janvier et y a débarqué. Cette proximité de dates créera par la suite un contentieux entre la France et les Etats-Unis à propos de la Terre Adélie.

Wilkes et Dumont d'Urville seront ainsi les premiers hommes à voir le continent antarctique et à y poser le pied.

Sir James Clark Ross (1800-1862).

Sir James Clark Ross

1841 : Le voyage de James Clark Ross. Le plus important des voyages d'exploration maritime antarctique. L' expédiion de Ross comprend deux navires: l'Erebus et le Terror qui quittent Hobart en novembre 1840. Avant de partir, Ross apprend que Dumont d'Urville a débarqué en Terre Adélie et que Wilkes continue à naviguer vers l'ouest. Il modifie alors son plan de voyage et décide de partir vers l'est ce qui va assurer le succès de son expédition.

Ross entre dans le pack en janvier 1841 et atteint la latitude de 71°. Une vaste étendue d'eau libre lui permet de poursuivre vers le sud en longeant la côte. Il dépasse le record de latitude de Weddell et, le 3 février 1841, est stoppé par les glaces dans une baie, à plus de 78° de latitude. L'expédition voit un volcan en activité qu'elle baptise Erebus et un autre éteint (le Terror). La baie de McMurdo (nom du lieutenant commandant le Terror), la mer et la barrière de Ross qui seront le point de départ de nombreuses expéditions et joueront un rôle essentiel dans la future exploration de l'Antarctique sont ainsi découverts. Ross s'aperçoit aussi que le Pôle Sud magnétique est situé à l'intérieur du continent et qu'il ne pourra pas l'atteindre.

Ross regagne Hobart en avril 1841. En 1842 et 1843, il doit renoncer à poursuivre ses explorations sur la barrière de Ross et en mer de Weddell à cause des très mauvaises conditions de glace et de temps. Il regagne l'Angleterre en septembre 1843.

L'expédition de Ross a permis de cartographier une partie importante des côtes de l'Antarctique. Néanmoins, à la fin du 19ème siècle, plus de 50 ans après Ross, personne n'a encore hiverné ou voyagé sur le continent.

1898 - 1900 : Le premier hivernage de Borchgrevink. En février 1899, le navire Southern Cross dépose le norvégien Carsten Borchgrevink et ses compagnons au cap Adare, à l'entrée de la mer de Ross où ils installent le premier hivernage antarctique. Un an plus tard, le Southern Cross revient chercher Borchgrevink, gagne l'extrémité sud de la mer de Ross et la Barrière de Ross. Borchgrevink et deux de ses compagnons parviennent à franchir la barrière et effectuent un voyage en traineau de 16km sur l'ice-shelf de Ross qui constitue le premier voyage effectué en Antarctique jusqu'à la latitude record de 78°50'. L'expédition regagne l'Angleterre en juin 1900.

Le commodore Charles Wilkes (798-1877).

Le commodore Charles Wilkes

Carsten Borchgrevink (1864-1934).

Carsten Borchgrevink

En ce début de 20ème siècle, plusieurs expéditions scientifiques ont lieu sur la péninsule antarctique. Parmi celles-ci figurent:

L'expédition belge dirigée par Adrien de Gerlache sur La Belgica en 1897/1899 dont le second lieutenant était un certain Roald Amundsen. Cette expédition effectua le premier hivernage sur la banquise antarctique.

L'expédition suédoise du Docteur Otto Nordenskjöld sur L'Antarctic en 1901/1903.

La première expédition antarctique française du Commandant Charcot sur Le Français en 1903/1905.

Malgré ces diverses tentatives, personne n'a encore pénétré à l'intérieur du continent dont on ignore absolument tout.

C'est à partir de 1901 que les grandes manœuvres vont commencer pour l'exploration du continent et la conquête du Pôle Sud.

4 grandes expéditions sont ainsi organisées entre 1901 et 1910. La première, (1901-1904), est anglaise. Dirigée par Scott, c'est un voyage de reconnaissance au départ de la Baie de McMurdo. La seconde, (1907-1909) est encore anglaise et c'est Shackleton qui est aux commandes. Partant lui aussi de McMurdo, il va découvrir la route conduisant au Pôle mais, par manque de vivres, sera contraint de faire demi-tour à moins de 200km du but. Les deux dernières sont simultanées (1910-1912). Les Norvégiens d'Amundsen et les Anglais de Scott vont se livrer à une course au Pôle Sud qui se terminera par le plus grand triomphe mais aussi la plus grande tragédie de toute l'histoire de la conquête polaire.

En cliquant sur les liens ci-dessous, vous trouverez des résumés de ces 4 expéditions historiques, illustrés par des photos extraites des éditions originales des livres correspondants.

L' expédition de la Discovery
Scott - 1901/1904

https://www.pulkayak.fr/lexpedition-de-la-discovery/

L' expédition du Nimrod
Shackleton - 1907/1909

https://www.pulkayak.fr/lexpedition-du-nimrod/ 

L' expédition du Fram
Amundsen - 1910/1912

https://www.pulkayak.fr/lexpedition-du-fram/

L' expédition de la Terra Nova
Scott - 1910/1913

https://www.pulkayak.fr/lexpedition-de-la-terra-nova/