L’ expédition du Nimrod

L’ expédition de la Discovery
22 avril 2019
L’ expédition du Fram
3 mai 2019

La découverte de la route du Pôle
Shackleton - 1907/1909


Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

Après le retour de l'expédition de la Discovery, on a des idées plus précises sur le climat et la géographie de l'Antarctique. Cependant, il subsiste des inconnues de taille. Scott a atteint la latitude de 82° mais qu'y a-t-il sur les 900km qui le séparaient du Pôle ? Un immense plateau, une grande chaîne de montagnes, des glaciers infranchissables ? Nul ne le sait. Si Scott songe à repartir et à conquérir le Pôle, la floraison d'expéditions scientifiques de diverses nationalités dans la Péninsule Antarctique au début du 20ème siècle montre à l'évidence qu'il n'est pas le seul ! Shackleton, qui a passé un an à McMurdo et a participé au raid de Scott vers le sud, pense que son heure est venue et va lancer l'expédition du Nimrod.

Les Montagnes Transantarctiques. Ici, la chaîne de la Sentinelle.

Les Montagnes Transantarctiques. Ici, la chaîne de la Sentinelle.

Renvoyé par Scott, Shackleton rentre de McMurdo sur Le Morning au cours de l'été 1903. Officier de marine marchande, il a 29 ans. C'est un séducteur, un personnage fascinant, mondain, conférencier très brillant, plein d'humour, convaincant, enthousiaste, bref, le contraire de Scott. En 1905, celui-ci publie le récit de son raid dans le Sud avec Shackleton, rappelant à chaque page sa défaillance physique. Shackleton réplique, avec raison, que s'il n'avait pas été malade, les 3 hommes seraient morts en raison de l'inconscience de Scott qui poursuivait sa route vers le sud alors qu'il n'avait plus de vivres. Le ton monte.

Le Nimrod amarré à un iceberg échoué en baie de McMurdo_ Février 1908.

Le Nimrod amarré à un iceberg échoué à proximité des quartiers d'hiver.

En 1906, Shackleton rêve de repartir mais il n'a pas d'argent et peu de soutiens. Il trouve alors un emploi chez le banquier Beardmore où il s'ennuie. Madame Elspeth Beardmore s'ennuie aussi. Ils mettent leurs ennuis en commun et elle va aider son amant à trouver de l'argent en intervenant auprès de son mari et de ses nombreuses relations. Beardmore accepte de prêter de l'argent à Shackleton, bon moyen de s'en débarasser. En février 1907, Shackleton annonce son projet en Antarctique et commence ses préparatifs en achetant un bateau: le Nimrod. Il a 3 objectifs : découvrir le Pôle Sud magnétique, explorer la Grande Barrière et, évidemment, atteindre le Pôle Sud.

L'annonce de Shackleton va déclencher un violent conflit, unique dans l'histoire des explorations polaires.

 

Scott, qui projette de revenir à McMurdo en 1910 pour conquérir le Pôle, prend d'un très mauvais oeil l'annonce de Shackleton, pensant avec raison que le Pôle risque de lui échapper au profit d'un ancien subordonné qu'il déteste.
Cherchant à tout prix à empêcher Shackleton d'atteindre le Pôle avant lui, Scott va alors exiger que Shackleton renonce à utiliser le site de McMurdo et qu'il se concentre au-delà de la longitude 170° Est.
Il demande aussi que Shackleton reconnaisse les droits de Scott sur la Baie de McMurdo. Scott n'a absolument pas le droit de formuler une telle exigence. McMurdo ne lui appartient pas car McMurdo n'appartient à personne et Scott n'est même pas le premier à y avoir hiverné puisque Borchgrevink l'a fait 4 ans avant lui. De plus, lorsque Scott a posé le pied à McMurdo en février 1902, il était accompagné de Shackleton !!

Celui-ci a donc toutes les raisons de refuser et le fait dans un premier temps.

Portrait de Shackleton jeune.
Ernest-Henry Shackleton

 

La Grande Barrière de Ross et l'ice-shelf de Ross près de la baie des Baleines.

La Grande Barrière de Ross et l'ice-shelf de Ross près de la Baie des Baleines.

 

Mais il finit par accepter, donne un premier accord et, le 17 mai 1907, s'engage sur l'honneur par écrit, jure de ne pas utiliser le site de McMurdo et de rester à l'est du méridien 170°, ce qui ne lui laisse qu'une étroite bande d'accès vers le Pôle, à 800km de McMurdo. En fait, cela l'oblige à s'installer dans la baie des Baleines qui est totalement inconnue.
Pourquoi Shackleton a-t-il accepté ? Ses biographes pensent qu'il était très préoccupé par des questions d'argent et par sa préparation et ne voulait pas heurter Scott qui bénéficiait d'importants soutiens et avait déjà exercé de fortes pressions auprès d'anciens membres de la Discovery pour les dissuader de partir avec Shackleton. Celui-ci voulait partir à tout prix et craignait que Scott et ses nombreuses relations parviennent à l'en empêcher.

Carte montrant les positions de la baie des Baleines et de la Baie de McMurdo ainsi que les itinéraires de Shackleton et d'Amundsen vers le Pôle Sud.

Carte montrant les positions de la baie des Baleines et de la Baie de McMurdo ainsi que les itinéraires de Shackleton et d'Amundsen vers le Pôle Sud.

L'histoire est cependant loin d'être terminée et, comme toujours avec Shackleton, c'est quand on le croit mort qu'il devient sublime. Pendant ce temps, à Oslo, Amundsen observe, ne dit rien et prépare activement une expédition au Pôle Nord. Un drame à 3 personnages est en train de se nouer tandis que l'expédition du Nimrod quitte l'Angleterre avec 18 personnes à bord le 7 août 1907.

Le Nimrod

Le Nimrod

Shackleton a réuni une équipe de grande qualité. On y retrouve les géologues Raymond Priestley qui sera avec Scott sur le Terra Nova, Edgeworth David et son élève, le jeune Douglas Mawson, qui s'illustrera quelques années plus tard au cours de l'expédition australienne en Terre Adélie. Le fidèle Frank Wild est présent. Ancien de la Discovery, ami de toujours de Shackleton qu'il accompagnera vers le Pôle mais aussi sur l'Endurance quelques années plus tard et sera à côté de lui sur le Quest le jour de sa mort.

Douglas Mawson

Frank Wild

Raymond Priestley

 

Suite à son voyage vers le sud avec Scott et Wilson lors de l'expédition de La Discovery, Shackleton avait un préjugé contre les chiens. Pour le transport des charges, il choisit donc une voiture, 10 poneys de Mongolie et seulement une dizaine de chiens pour le cas où les poneys auraient de difficultés. Cette grave erreur que Scott renouvellera 3 ans plus tard lui coûtera le Pôle.

Après une semaine de violente tempête entraînant la perte d'un poney, le Nimrod pénètre en mer de Ross, longe la Barrière et, le 22 janvier 1908, parvient à l'entrée de la baie des Baleines.

4 poneys à l'entraînement sur la glace de mer.

4 poneys à l'entraînement sur la glace de mer.

Un poney tracte un chargement depuis le Nimrod jusqu'à la hutte de l'expédition.

Un poney tracte un chargement depuis le Nimrod jusqu'à la hutte de l'expédition.

 

La baie est remplie de glaces et Shackleton ne peut y pénétrer. Il essaie alors de rejoindre l'extrémité est de la Barrière afin de respecter son engagement vis à vis de Scott. Mais le pack est fermé et il échoue. Le 25 janvier, face au pack qui bloque sa progression vers l'est, il doit choisir entre McMurdo et le retour en Angleterre. Avec l'appui de tout l'équipage du Nimrod, il choisit McMurdo et le parjure. Le 28 janvier 1908, le Nimrod pénètre dans la Baie de McMurdo. Le retour face à Scott promet d'être compliqué !

 

Certains ont pensé que Shackleton était décidé, dès son départ d'Angleterre, à s'installer à McMurdo et à ne pas respecter son engagement vis à vis de Scott. Il n'aurait essayé d'accoster dans la baie des Baleines que pour avoir un alibi lui permettant de justifier son arrivée à McMurdo auprès de Scott.
Cette opinion est infirmée par le fait que Shackleton savait que la baie des Baleines est plus près du Pôle que McMurdo (Environ 120km de moins) et constituait donc une bonne base de départ. C'est d'ailleurs de cette baie qu'Amundsen est parti vers le Pôle 3 ans plus tard et ce n'était pas un mauvais choix!

.

Shackleton devant le camp du cap Royds avec l'Erebus au fond.

 

Déballage du matériel au cap Royds - Mars 1908.

Déballage du matériel au cap Royds - Mars 1908.

 

Shackleton avait prévu de s'installer à Hut Point où se trouvait le camp de La Discovery en 1902. Situé à l'extrémité sud de la baie de McMurdo, Hut Point est le meilleur emplacement possible pour un départ vers le sud. Mais le 28 janvier, quand le Nimrod pénètre dans la baie de McMurdo, celle-ci est remplie de glaces et le navire ne peut rejoindre Hut Point. Après 2 jours d'efforts, Shackleton est contraint de renoncer à Hut Point et va monter son camp au cap Royds, à l'entrée de la baie et à près de 40km au nord de Hut Point (Cf la carte).

Le sud-ouest de l'île Ross, la baie de McMurdo et les camps du cap Royds (Shackleton 1908/1909), du cap Evans (Scott 1911/1913) et de Hut Point (Scott 1902/1903).

Le sud-ouest de l'île Ross, la baie de McMurdo et les camps du cap Royds (Shackleton 1908/1909), du cap Evans (Scott 1911/1913) et de Hut Point (Scott 1902/1903).

L'équipage débarque les poneys, les voitures et tout le matériel puis construit une hutte d'hivernage. Le Nimrod rentre en Nouvelle Zélande, laissant 15 hommes à McMurdo. A la fin de février, l'hivernage commence. Début mars, les essais de la voiture ne sont pas concluants car les roues patinent dans la neige. De plus, 4 poneys meurent empoisonnés par le sable de la plage de sorte que la moitié des 10 poneys sont déja morts.

La hutte d'hivernage du cap Royds au début de l'hiver 1908.

La hutte d'hivernage du cap Royds au début de l'hiver 1908.

L'ascension de l'Erebus
5 Mars - 11 Mars 1908

Le volcan Erebus gravi pour la première fois le 10 Mars 1908 par 6 membres de l'expédition du Nimrod. L'ancien cratère au premier plan et le cratère actif avec les fumerolles derrière.

Le volcan Erebus gravi pour la première fois le 10 Mars 1908 par 6 membres de l'expédition du Nimrod. L'ancien cratère au premier plan et le cratère actif avec les fumerolles derrière.Au fond, le Mont Terror

Début mars, Shackleton décide de gravir l'Erebus qui culmine à 3800m d'altitude. En 1902/1903, Scott et l'expédition de La Discovery ont effectués deux hivernages à McMurdo sans tenter l'ascension de l'Erebus ce qui est assez surprenant.

Iceberg appelé " Matterhorn Bjerg " et Cône de l'Erebus.

Iceberg appelé " Matterhorn Bjerg " et cône de l'Erebus.

 

 

L'équipe est formée de McKay, Douglas Mawson et du professeur David. Une escouade de soutien composée de Marshall, Adams et Brocklehurst les suivra aussi loin que possible. L'équipe David a 10 jours de vivres et le groupe de soutien 6 jours. Le départ a lieu au matin du 5 mars 1908.

 

Les premières pentes de l'Erebus.

Les premières pentes de l'Erebus.

L'Erebus vu des quaartiers d'hiver. On distingue, à gauche, l'ancien cratère et à droite, le cratère actif.

 

L'affaire est rondement menée. Six hommes dirigés par le géologue David quittent le camp du cap Royds en tirant un traîneau de 250kg. Malgré la gêne causée par les sastruguis, ils s'élèvent sur les flancs du volcan de 800m par jour et atteignent leur second camp à 1600m; ils y laissent une partie des vivres et du matériel. Adams décide alors que l'équipe de soutien tentera le sommet et ils repartent avec un sac de 18kg chacun. L'équipe David a des crampons, les autres ont placé des bandes de cuir sous la semelle de leurs mocassins lapons.
Le troisième camp est établi le 7 mars à 2600m par une température de -29°C et le lendemain matin, un violent blizzard se lève.

Ayant laissé les montants de leurs tentes au dépôt du second camp, ils passent la journée du 8 mars dans leurs sacs de couchage, recouverts de neige. Quittant leur sac quelques instants, Brocklehurst puis Adams sont culbutés et roulés dans un ravin par le vent, tandis que Marshall lutte pour ne pas être emporté avec son sac. L'impossibilité d'allumer un fourneau les empêche de boire durant toute cette journée du 8 mars. Le lendemain matin, le vent est tombé. Départ vers le sommet mais ils commencent à souffrir du mal des montagnes car ils ne sont pas acclimatés à l'altitude qui dépasse maintenant 3000m. Dans l'après-midi, Brocklehurst a les pieds gelés, on le réchauffe et le camp 4 est établi à plus de 3400m.

 

 

En route vers le sommet de l'Erebus - 6 Mars 1908.

En route vers le sommet de l'Erebus - 6 Mars 1908.

 

Au matin du 10 mars, ils s'élancent vers le sommet du cratère qu'ils atteignent dans la matinée à 600m au-dessus du dernier camp. L'altitude estimée est de 4075m mais l'altitude mesurée par la suite est seulement de 3800m (3794m pour être précis). Ils regagnent leur camp 4 et continuent la descente à vive allure jusqu'au camp 3 après 1500m de descente. Quittant ce camp dès 5h du matin, ils arrivent en fin de matinée au cap Royds après plus de 2500m de descente !

Cette brillante ascension sera le premier succès de l'expédition.

 

 

 

 

 

Le cratère actif de l'Erebus. Vue prise du bord de la partie basse du cratère. Fumerolles montant sur la gauche - 10 Mars 1908.

Le cratère actif de l'Erebus. Vue prise du bord de la partie basse du cratère. Fumerolles montant sur la gauche - 10 Mars 1908.

Départ du camp à 2600m au pied du cône de l'Erebus - 7 mars 1908.

Départ du camp à 2600m au pied du cône de l'Erebus - 7 mars 1908.

 

 

L'Erebus gravi, la nuit approche rapidement et l'hivernage commence. Durant cette longue période, les hommes ne demeurent pas inactifs. L'essentiel de leur travail consiste à préparer dans les moindres détails les deux grandes expéditions qui partiront en octobre: McKay, Douglas Mawson et le professeur David tenteront de gagner le Pôle Sud magnétique pour la première fois tandis que Shackleton, Wild, Adams et le docteur Marshall essayeront d'atteindre le Pôle géographique.

Au début de l'hiver, la hutte est consolidée afin de résister aux blizzards. Diverses observations scientifiques: météorologie, aurores australes, éruptions de l'Erebus sont faites quotidiennement en plus des études spécialisées faites par les géologues ou les zoologues.

Enfin, les poneys nécessitent beaucoup de soins. Shackleton pensait qu'ils pouvaient passer l'hiver sans abri mais ils ne supportent pas le blizzard et il a fallu leur construire un abri en dur. Ce problème du blizzard et des poneys a d'ailleurs conduit Scott à retarder son départ vers le Pôle en 1911.
De plus, ils doivent faire une longue promenade quotidienne ce qui n'est pas une mince occupation dans les conditions climatiques de l'hiver antarctique.

Quant à la voiture, elle s'est avérée inutilisable dans la neige molle car elle patine. Par contre, elle a rendu des services en tractant des traîneaux chargés sur la Barrière ou sur la banquise dure et gelée.

Séance de musique pendant l'hivernage.

Séance de musique pendant l'hivernage.

Carte de l'île Ross.A l'ouest, la Terre Victoria est séparée de l'île Ross par la Baie de McMurdo. Au sud, la Barrière de Ross termine sa course sur le flanc sud de l'Erebus. Les 3 camps des expéditions Scott et Shackleton sont sur la côte sud-ouest de l'île Ross.

Carte de l'île Ross.A l'ouest, la Terre Victoria est séparée de l'île Ross par la Baie de McMurdo. Au sud, la Barrière de Ross termine sa course sur le flanc sud de l'Erebus. Les 3 camps des expéditions Scott et Shackleton sont sur la côte sud-ouest de l'île Ross.

Le premier voyage au Pôle Sud Magnétique
5 octobre 1908 - 11 Février 1909

En 1841, Ross observa que le PSM était situé sur la Terre Victoria et estima sa position à une latitude de 72°30'. Une reconnaissance sur le terrain faite en 1902 par l'expédition de la Discovery confirma approximativement cette latitude et montra que le PSM s'était déplacé vers l'est.

Carte du voyage au PSM

Carte extraite de l'édition originale de 1910 du livre de Shackleton "Au coeur de l'Antarctique".

Carte extraite de l'édition originale de 1910 du livre de Shackleton "Au coeur de l'Antarctique".

L'automobile dans la neige molle !

Pour rejoindre les environs du PSM depuis les quartiers d'hiver du cap Royds, l'itinéraire comporte deux parties bien distinctes.

Un parcours sur la banquise, en longeant la côte de la Terre Victoria jusqu'au glacier Drygalski qui s'avance dans le détroit de McMurdo. Ce trajet représente environ 400km. A l'aller, effectué au printemps (octobre-novembre), la banquise est gelée. Mais un retour à pied en été (février) pourrait s'avérer impossible en cas de débacle des glaces. Pour cette raison, Shackleton a prévu que le Nimrod suivra la côte de la Terre Victoria afin de récupérer l'équipe du PSM au début de février.

Un parcours terrestre sur le glacier Drygalski depuis la côte jusqu'au PSM représentant aussi 400km soit 800km aller-retour.

L'aller-retour au PSM depuis les quartiers d'hiver du cap Royds représente donc environ 1600km. La découverte du PSM est un objectif de première importance, une véritable expédition à l'intérieur de l'expédition du Nimrod.
L'équipe qui va essayer d'atteindre le PSM est dirigée par le Professeur de géologie Edgeworth David accompagné de son élève Douglas Mawson et d'Alistair McKay. C'est l'équipe qui a gravi l'Erebus. Ils quittent les quartiers d'hiver le 5 octobre en voiture ! Au bout de 4km, la neige épaisse bloque la voiture et ils poursuivent en tractant leurs deux traîneaux l'un après l'autre. Cette technique, rendue nécessaire par le poids total de leur charge (390kg) et par l'absence de chiens ou de poneys, a pour effet de tripler la distance parcourue et donc de réduire la vitesse de leur progression.

Bernard Day au volant de l'automobile sur la glace de mer.

Bernard Day au volant de l'automobile sur la glace de mer.

 

 

Camp sur le plateau conduisant au PSM. De G à D: Alistair McKay, Edgeworth David, Douglas Mawson - Janvier 1909.

Camp sur le plateau conduisant au PSM. De G à D: Alistair McKay, Edgeworth David, Douglas Mawson - Janvier 1909.

Dès le 11 octobre, David et ses amis sont bloqués par une tempête qui recouvre leur tente et leurs traîneaux d'une importante masse de neige qu'ils mettent une journée à déblayer. Deux jours après, ils laissent un premier dépôt pour le retour, fabriquent un gréement pour leur traîneau et repartent en longeant la côte de la Terre Victoria vers le nord.
Vers le 23 octobre, David réalise que leur progression est très lente et qu'ils ne pourront pas rejoindre leur premier dépôt au début de janvier comme prévu. Ils décident donc de laisser une partie de leurs provisions en arrière et de poursuivre avec un seul traîneau et des demi-rations jusqu'au glacier Drygalski. Pour le voyage aller-retour jusqu'au PSM sur le glacier Drygalski, les rations entières seront maintenues.

De nombreux phoques imprudents paieront de leur vie le passage des trois hommes affamés sur la banquise.

David et ses équipiers progressent la nuit car les conditions de neige sont meilleures. Aidés par les voiles installées sur le traîneau et le pot au feu de phoque cuisiné chaque jour par Mawson, ils atteignent le glacier Drygalski le 1ér décembre.
Le glacier est un enchevêtrement de blocs de glace et de crevasses recouverts de neige molle dans laquelle ils enfoncent. Les 3 hommes mettent 11 jours pour traverser les 32km du glacier Drygalski avec leur traîneau. Ils laissent un dépôt bien visible près de la mer pour le retour, espérant qu'il sera repéré par le Nimrod. Commençant alors à s'élever au-dessus de la mer en obliquant vers le nord-ouest, ils marchent encore 10 jours pour atteindre une altitude de 400m le jour de Noël.

 

Le dépôt Drygalski.

Le dépôt Drygalski.

             Alistair McKay      Edgeworth David     Douglas Mawson                  Au Pôle Sud Magnétique - 16 Janvier 1909

A partir de là, le terrain devient facile et ils progressent de 16km par jour en s'élevant sur un plateau en pente douce avec le reste de leur chargement. L'expédition termine l'année 1908 à 1600m d'altitude, poursuit son ascension dans de bonnes conditions et se trouve à 2200m le 10 janvier, à la recherche du PSM.

Mais le 12 janvier, alors que David pensait toucher au but, Mawson, qui fait des observations magnétiques plusieurs fois par jour, lui annonce que le PSM a modifié sa trajectoire et se déplace maintenant vers le nord-ouest. L'expédition qui se déplaçait justement vers le nord-ouest devra donc marcher 3 ou 4 jours de plus pour rejoindre le PSM. Le 15 janvier, après plus de 60km de marche, ils sont encore à 21km du PSM.

Le lendemain, ils quittent leur campement où ils abandonnent leurs bagages, emportant seulement une tente, un casse-croûte et un réchaud pour un raid aller-retour rapide et ultra léger de plus de 40km jusqu'à la position moyenne du PSM. C'est risqué si un blizzard se lève, mais l'équipe est vaillante, motivée et téméraire; la fortune sourit aux audacieux et ce sera une réussite complète, ils plantent l'Union Jack, prennent possession du PSM au nom de l'Empire Britannique, font un selfie en tirant sur l'obturateur de leur appareil photo à l'aide d'une corde, relèvent évidemment les coordonnées et regagnent leur camp. Le dépôt Drygalski est alors à 420km.

Le retour commence dès le 17 janvier et le Nimrod doit longer la côte à la recherche de l'expédition à partir du 2 février. Il n'y a donc pas de temps à perdre. Bénéficiant de bonnes conditions, ils progressent à un rythme de 25 à 30km par jour jusqu'au 30 janvier. Après 4 jours de lutte pour franchir un réseau de crevasses, David et ses deux compagnons atteignent le dépôt Drygalski dans la soirée du 3 février.

Le Nimrod accosté à la Barrière du glacier Drygalski récupère l'équipe du PSM - 4 février 1909.

Le Nimrod accosté à la Barrière du glacier Drygalski récupère l'équipe du PSM - 4 février 1909.

Mais leur aventure n'est pas terminée. Alors qu'ils campent devant le mât signalant leur dépôt, deux coups de canon retentissent. Le Nimrod les a vus et s'approche de la côte pour les récupérer ! Tout semble fini lorsque Mawson tombe au fond d'une crevasse. David et McKay ne parviennent pas à le sortir et appellent l'équipage du Nimrod au secours. Le second du navire se fait descendre encordé au fond de la crevasse, attache Mawson avec la corde et l'équipage tire tout le monde dehors. Cette fois, c'est vraiment fini, le 11 février, le Nimrod est au cap Royds, en attendant le retour de Shackleton.

Ce premier voyage au PSM a été réalisé par une équipe de grande qualité qui a effectué un voyage exceptionnel. Douglas Mawson, jeune étudiant accompagnant son professeur, a montré ici les qualités qui feront de lui quelques années plus tard un grand explorateur de l'Antarctique.

Le  raid  de  Shackleton  vers  le  Pôle  Sud

Le 22 septembre 1908, Shackleton part effectuer un dépôt à 80°. La température descend à -50° avec de violentes rafales et un ouragan. L'escouade ne regagne le cap Royds que le 13 octobre.

Carte du raid de Shackleton vers le Pôle Sud

Carte extraite de l'édition originale française du livre de Shackleton "Au coeur de l'Antarctique" publié en 1910 (Cf bibliographie).

Carte extraite de l'édition originale française du livre de Shackleton "Au coeur de l'Antarctique" publié en 1910 (Cf bibliographie).

 

La hutte d'hivernage, à G, la voiture dans son garage, à D, le moulin pour moudre le maïs des poneys.

La hutte d'hivernage, à G, la voiture dans son garage, à D, le moulin pour moudre le maïs des poneys.

Avec une voiture inutilisable et seulement 4 poneys, l'expédition vers le Pôle se présente mal d'autant que Shackleton n'utilise pas de chiens. Ces faibles capacités de transport obligent Shackleton à réduire les rations quotidiennes à 950g ce qui est très peu pour un raid de 100 jours dans les conditions climatiques de l'Antarctique. Quant aux poneys, ils mangent 18kg par jour d'un mélange à base de maïs.

Frank Wild    Ernest Shackleton   Jameson Adams   Eric Marshall

Le 3 novembre 1908, c'est le grand départ depuis la cabane de La Discovery située 35km au sud des quartiers d'hiver du cap Royds. Shackleton, Wild, Adams, Marshall et 4 poneys s'élancent vers le sud avec 1400kg de matériel. Chaque poney tire 280kg et les 4 hommes halent 300kg. Dès le 6 novembre, ils restent bloqués pendant 3 jours à cause du blizzard et surtout du jour blanc qui les empêche de progresser au milieu d'un champ de crevasses. L'escouade de soutien de 5 hommes qui les accompagne depuis le départ rentre au cap Royds après avoir laissé un dépôt.
Le 14 novembre, Shackleton et ses compagnons rejoignent leur dépôt A à 80° et commencent déjà à se rationner.

Camp au-delà du précédent record de Scott vers le sud, aux environs de 83°.

Le glacier de Beardmore découvert par l'expédition Shackleton le 4 décembre 1909. Ce glacier sera la route d'accès au Pôle des futures expéditions dont celle de Scott tandis qu'Amundsen empruntera le glacier Axel Heiberg pour gagner le Pôle.

Le glacier de Beardmore découvert par l'expédition Shackleton le 4 décembre 1908. Ce glacier sera la route d'accès au Pôle des futures expéditions dont celle de Scott tandis qu'Amundsen empruntera le glacier Axel Heiberg pour gagner le Pôle.

Une semaine plus tard, ils sont à 81° où ils installent un dépôt B pour le retour, mais un des poneys est épuisé et doit être abattu, l'équipe va donc manger du poney. Le lendemain, Adams souffre d'une molaire, Marshall essaie de l'arracher, n'y parvient pas et la dent se casse. 2 jours après, Marshall revient à la charge et arrache la dent, Adams va mieux !
Le 28 novembre, ils sont à 82°30' et battent le record de Scott. Ce jour là, un second poney doit être abattu et sa viande est laissée sur place pour le retour avec un nouveau dépôt C.
La caravane repart avec 9 semaines de vivres et une charge de 540kg. mais, 3 jours plus tard, à plus de 83°, un 3ème poney épuisé est tué. Sa viande va nourrir les hommes qui entrent dans un terrain difficile et font plusieurs chutes en crevasses. Le 4 décembre 1908, à 83°30', l'expédition arrive à la base d'un grand glacier qui s'élève vers le sud. Shackleton lui donne le nom de son mécène, le banquier Beardmore. Ils viennent de découvrir la route d'accès au Pôle.

Nouvel ennui le 7 décembre. Conduit par Wild, le dernier poney tombe dans une crevasse sans fond. Wild parvient par miracle à sauver le traineau mais ils n'ont plus de poney. Shackleton et ses 3 équipiers doivent tirer 450kg en remontant le Glacier de Beardmore sur 2500m de dénivelée. La perte du dernier poney va priver Shackleton d'une précieuse quantité de nourriture.

Le 9 décembre, les 4 hommes sont à 900m d'altitude et passent 84° mais ils sont affamés et épuisés par leur charge et les nombreuses chutes en crevasse. Le terrain est très difficile et leur progression ralentit. Ils sont contraints de tirer des demi-charges ce qui triple les distances à parcourir ! Ils vont mettre 10 jours pour remonter le glacier de Beardmore et déboucher sur le plateau polaire à 2400m d'altitude. Shackleton et ses équipiers sont à 85° et souffrent du froid, Marshall prend leur température: 34°4.

Le dépôt B

Le dépôt B

 

 

 

Le camp de Noël 1908 sur le plateau polaire. DE G à D: Adams, Wild, Shackleton.

Le camp de Noël 1908 sur le plateau polaire. De G à D: Adams, Wild, Shackleton.

A Noël, ils sont à 2900m et 86° et décident que les rations d'une semaine feront 10 jours. Ils souffrent de plus en plus de l'altitude et ont des maux de tête aggravés par l'insuffisance de la nourriture. L'année 1908 s'achève alors que Shackleton et ses comagnons sont à 87° et 3150m. Les altitudes relevées par Shackleton étaient surestimées car le Pôle Sud est à 2835m. Ils n'ont plus que 3 semaines de vivres et seulement 2 de biscuits.
A partir du 5 janvier, la température descend à -30° avec un blizzard aveuglant qui bloque les 4 hommes dans leur tente, la fin approche. Le 9 janvier 1909, à 88°23' de latitude et à 180km du Pôle, Shackleton plante le drapeau que lui a remis la Reine, prend une photo et fait demi-tour. Privé de nourriture, il ne pouvait plus continuer sous peine de ne jamais revenir.

3 ans plus tard, le même jour au même endroit, Scott fera un autre choix et n'en reviendra jamais.

Au retour, poussés par un fort vent de sud, ils installent une voile et leur vitesse augmente. Mais le 13 janvier, malgré 80km parcourus en 3 jours, il leur reste 9kg de biscuits et un dépôt à 225km. Par chance, le vent forcit et leur permet de faire des étapes de plus de 40km qui vont leur éviter de mourir de faim. Ils doivent pour cela effectuer une marche forcée de 31h, le ventre vide au milieu des crevasses, pour atteindre le dépôt suivant et manger un peu. Wild et Adams tombent d'épuisement. Mais le pire est à venir.

A partir du 28 janvier, Wild est atteint de dysenterie ainsi qu'Adams qui perd beaucoup de sang. Marshall et Shackleton sont aussi atteints.

Le dernier campement le plus près du Pôle après 60h de blizzard. 9 janvier 1909.

Le dernier campement le plus près du Pôle après 60h de blizzard. 9 janvier 1909.

Au point extrême atteint le 9 janvier 1909 à la latitude 88°23'.

Au point extrême atteint le 9 janvier 1909 à la latitude 88°23'.

Malades, affamés et anéantis de fatigue, ils ne progressent plus et Shackleton pense que la fin est proche. Mais le 9 février, une énergie venue on ne sait d'où, aidée par un nouveau coup de vent du sud, les propulse en avant et le 13 février, ils retrouvent leur dépôt de 81°. La situation s'améliore et, le 23 février, ils trouvent le gros dépôt que leurs équipiers, suivant les instructions données par Shackleton avant le départ, sont venus déposer à leur intention. Ils mangent à leur faim mais sont encore à plus de 100km de leur base.

Le Nimrod quittera McMurdo à partir du 1èr mars selon l'état des glaces. Le temps presse. Or, le 25 février, Marshall tombe gravement malade, il est paralysé et ne peut plus avancer. Shackleton, inquiet pour sa vie, décide alors de le laisser dans sa tente, avec Adams et des vivres.

 

Le 27 février, il part seul avec Wild, marche 48h sans arrêt et rejoint le camp du cap Royds où tout est prêt pour le départ du Nimrod. Shackleton laisse Wild récupérer et repart avec Alistair McKay, Douglas Mawson et McGillon chercher Adams et Marshall qu'ils retrouvent et ramènent au camp.

C'est terminé, ils sont tous là et Shackleton a appris que Mawson, David et McKay ont atteint le PSM. Le Nimrod lève l'ancre le 4 mars et le 12 juin 1909, ils sont à Londres où une foule énorme leur fait un accueil triomphal. Scott doit faire bonne figure, il assiste à la réception donnée par Shackleton et le félicite car il a pu l'apprécier sur la Discovery !

Le camp d'où Wild et Shackleton sont partis chercher du secours pour ramener Marshall très malade assis devant la tente.

Le camp d'où Wild et Shackleton sont partis chercher du secours pour ramener Marshall très malade assis devant la tente.

Shackleton n'a pas tiré les leçons du raid de la Discovery. Un système de transport inadapté basé sur des poneys et une voiture a empêché l'expédition d'emporter assez de vivres ce qui a conduit à l'abandon en vue du Pôle.

 

Shackleton accompagné de Alistair McKay, Douglas Mawson et McGillon quitte les quartiers d'hiver du cap Royds pour ramener Adams et Marshall. 1ér Mars 1909.

Shackleton accompagné de Alistair McKay, Douglas Mawson et McGillon quitte les quartiers d'hiver du cap Royds pour ramener Adams et Marshall. 1ér Mars 1909.

Bibliographie

La plupart des photographies en noir et blanc figurant dans cet article sont extraites de l'édition originale du livre de Shackleton publié peu de temps après le retour de l'expédition. Cette édition originale est écrite en anglais mais il existe une traduction complète en français. Le prix de ces ouvrages devient élevé pour des exemplaires en bon état. Il existe de nombreuses rééditions à des prix très abordables mais elles ne contiennent généralement que quelques photos ou parfois aucune photo. On peut se procurer les éditions originales et les rééditions sur Internet. Voir par exemple :  http://www.abebooks.fr  

Sir Ernest Shackleton: The heart of the Antarctic. Edition originale anglaise. William Heinemann éditeur, Londres, 1909. 2 volumes.

Sir Ernest Shackleton : Au coeur de l'Antarctique. Traduction française de l'ouvrage précédent. Hachette éditeur, Paris, 1910. 1 volume de 472 pages avec 272 photos en noir et blanc et une carte dépliante en 5 couleurs. Hachette a publié en 1911 une édition très abrégée sous le même titre ce qui crée une certaine confusion. Cette édition qui ne comporte que 221 pages, 40 photos et 1 carte  en noir et blanc est à éviter. L'édition de 1910 est évidemment beaucoup plus complète.

D.M.Wilson : Nimrod illustrated. Livre de photographies de l'expédition du Nimrod publié en 2009 pour le centenaire de l'expédition.