Groenland 2012: Traversée Upernavik Kullorssuaq

Groenland 2010: Autour de l’île de Milne
10 mai 2016
Groenland 2014: Kullorssuaq et la baie de Melville
11 mai 2016

La traversée Upernavik - Kullorssuaq
Juillet - Septembre 2012

Entre les villages de Uummannaq et de Kullorssuaq, distants de 600km, la côte ouest du Groenland est très découpée et formée de nombreuses petites îles séparées par des chenaux, des détroits et des baies. Entre ces îles, l'immense calotte glaciaire du Groenland s'écoule vers la mer par l'intermédiaire de glaciers vêlant des icebergs dans des fjords plus ou moins glacés. Cette situation est propice à la navigation en kayak de mer car les îles protègent la côte de la houle venant de l'ouest et créent des conditions de pagayage magiques sur des eaux calmes au milieu des glaces. Aux deux extrémités de la plus belle partie de cette côte, les villages d'Upernavik et de Kullorssuaq sont idéalement situés et la traversée «Upernavik-Kullorssuaq» s'impose aux yeux de tous ceux qui veulent effectuer une grande traversée engagée en kayak de mer dans un cadre fabuleux.
Nous avons eu le bonheur d'effectuer cette traversée mythique en autonomie complète, sur deux kayaks biplaces Nautiraid, avec nos amis Jean-Marc et Michele, au cours de l'été 2012.

Cliquer sur les photos et les cartes pour les agrandir

Jean-Marc et Michele entre l'île Hovgard er l'île Björling - 25 août 2012.

Jean-Marc et Michele entre l'île Hovgard er l'île Björling - 25 août 2012.

La distance à parcourir est d'environ 400km jusqu'à Kullorssuaq et 100km supplémentaires si l'on souhaite visiter l'extrémité sud de la baie de Melville. Le long du parcours, la calotte glaciaire se déverse dans trois isfjords (1) qu'il faut franchir: l'Upernavik Isfjord, le Giesecke Isfjord et l'Ussing Isfjord.
Au nord de Kullorssuaq s'ouvre la baie de Melville où la calotte glaciaire recouvre toute la côte et rejoint directement la mer. De ce fait, la traversée complète de la baie de Melville en kayak de Kullorssuaq à Qaanaaq est très difficilement praticable si l'on veut conserver des conditions raisonnables de sécurité.

Béatrice et Marc naviguent près de l'île Kiataussap entre les camps 20 et 21 - 23 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent près de l'île Kiataussap entre les camps 20 et 21 - 23 août 2012.

Transport, matériel, cartographie

Les kayaks et le matériel, expédiés de France en juin par voie maritime, nous attendaient à Upernavik à notre arrivée, le 23 juillet. Voir sur ce site les informations sur le transport maritime ainsi que les détails du matériel et des cartes dans le chapitre «Kayak de mer au Groenland». Pour les cartes Sagamaps, feuilles N°14 (Upernavik) et N°15 (Upernavik Nord).

Le Carnet de route

Préparatifs à Upernavik avec Béatrice et Michele - 26 juillet 2012.

Préparatifs à Upernavik avec Béatrice et Michele - 26 juillet 2012.

Préparatifs à Upernavik - 26 juillet 2012.

Préparatifs à Upernavik - 26 juillet 2012.

26 au 29 juillet - Le départ d'Upernavik et l'Upernavik Isfjord

Nous quittons Upernavik le 26 juillet avec 40 jours de vivres. Cette date est un peu tardive et mieux vaudrait partir deux semaines plus tôt afin d'éviter le gel de la mer dans la baie de Melville à la fin du mois d'août. Un vieil Inuit reste assis plusieurs heures pour regarder nos derniers préparatifs et le chargement des kayaks. Il salue notre départ d'un signe de la main, simple mais chaleureux. Peut-être a-t-il rêvé de partir avec nous? Comme toujours, le premier camp est installé peu après le départ; nous ne sommes pas encore bien loin d'Upernavik, mais nous sommes partis.

Jean-Marc et Michele naviguent entre les camps 8 et 9 - 4 août 2012.

Jean-Marc et Michele naviguent entre les camps 8 et 9 - 4 août 2012.

 

 

Après un camp situé près de l'Upernavik Isfjord, celui-ci est traversé facilement en face de l'île Sisuarigsut. C'est la seconde fois que nous traversons l'isfjord (1) ici sans problème. Celui-ci franchi, nous poursuivons vers le nord en suivant une route bien connue, car parcourue à l'aller et au retour en 2007. Le camp est dressé sur le site de l'île Qagsserssuaq d'où nous étions partis il y a 5 ans pour gravir le pic Numiat. La mauvaise surprise vient du temps qui nous oblige à pagayer sous la pluie, ce que nous n'avions jamais fait ici lors de précédents séjours. Par chance, le vent demeure faible.

 

 

 

En ce 29 juillet, quatre Inuits viennent nous saluer à notre camp situé au nord du village de Naujat. Nous leur expliquons d'où nous venons et où nous allons. Ils sont un peu étonnés car ils ne sont guère habitués à voir des kayakistes ici.

Le camp 4 dit "Camp des Inuits" - 29 juillet 2012.

Le camp 4 dit "Camp des Inuits" - 29 juillet 2012.

30 juillet au 4 août - Le Giesecke Isfjord

Le camp 9 dit "Camp de la pierre dressée - 5 août 2012.

Le camp 9 dit "Camp de la pierre dressée - 5 août 2012.

 

 

Depuis deux jours, le temps s'est un peu amélioré. En cette soirée du 30 juillet, nous montons les tentes du camp sur une terrasse herbeuse à plus de 10m d'altitude. L'accès n'est pas facile et le hissage des kayaks et du matériel réveille les muscles des jambes engourdis par une journée de navigation.

Béatrice et Marc traversent le Giesecke Isfjord entre les camps 8 et 9 4 août 2012

     Béatrice et Marc traversent le Giesecke Isfjord entre les camps 8 et 9.                     4 août 2012

 

Le lendemain, passant à proximité de l'île Anurusuk, nous ne résistons pas à la tentation de monter sur le sommet de l'île pour revoir le panorama sur la calotte qui nous avait ébloui il y a 5 ans. Après un camp au fond d'un étroit chenal, la journée du 1èr août est consacrée à une longue randonnée face à l'inlandsis (2) dans un cadre toujours aussi saisissant.

Après deux journées tranquilles, nous traversons facilement le Giesecke Isfjord le 4 août et terminons l'étape à un camp agréable qui sera notre camp 9 où se trouve une grande pierre plantée dans le sol.

 

Devant le camp 6 dit "Camp de la calotte" - 31 juillet 2012.

Devant le camp 6 dit "Camp de la calotte" - 31 juillet 2012.

5 au 7 août - L'Ussing Isfjord

Ussing Isfjord et front de la calotte vus du camp 10 - 6 août 2012.

Ussing Isfjord et front de la calotte vus du camp 10 dit "Camp de la tempête" - 6 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent dans l'Ussing Isfjord - 7 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent dans l'Ussing Isfjord - 7 août 2012.

Michele et Jean-Marc traversent l'Ussing Isfjord - 7 août 2012.

Michele et Jean-Marc traversent l'Ussing Isfjord - 7 août 2012.

Le 5 août, le camp est monté sur un promontoire dominant l'Ussing Isfjord. Après une journée un peu grise mais sèche, le vent se lève et le temps se gâte sérieusement. Pluie et tempête sont au programme de la nuit et de la matinée qui suit et nous décidons sagement d'attendre. Le soleil revient en fin de journée, nous permettant de grimper sur un petit sommet réservant une vue magnifique sur l'Ussing Isfjord et la calotte. Le fjord est obstrué par les glaces à proximité de la calotte, mais bien dégagé à l'ouest où nous le traversons facilement le lendemain avant d'aller camper sur une petite île au milieu de la baie de Sugar Loaf.

La calotte de glace se déverse dans l'Ussing Isfjord - 6 août 2012.

La calotte de glace se déverse dans l'Ussing Isfjord - 6 août 2012.

L'Ussing Isfjord et le front de la calotte de glace vus d'un belvédère au-dessus du camp 10 - 6 août 2012.

L'Ussing Isfjord et le front de la calotte de glace vus d'un belvédère au-dessus du camp 10 - 6 août 2012.

8 au 10 août - Nuussuaq

Le village de Nuussuaq. Le lac à gauche alimente le village en eau douce - 9 août 2012.

Le village de Nuussuaq. Le lac situé à gauche alimente le village en eau douce - 9 août 2012.

 

 

 

Malgré une légère houle, nous pénétrons dans la baie de Nuussuaq le 8 août en fin d'après-midi. Le village de Nuussuaq (anciennement Kraulshavn) est un point de passage obligatoire de la traversée Upernavik-Kullorssuaq. Situé à l'entrée d'un port naturel bien abrité, ce village de 250 habitants, isolé à 74°N, mérite une visite.   

 

Nous accostons pour saluer les habitants et faire une provision d'eau potable. Notre présence ne semble étonner personne et les tentes sont installées un peu à l'écart. Le lendemain est consacré à la visite de cette communauté fort sympathique qui a conservé un souvenir ému de l'hivernage effectué ici par Nathalie et Alain Antognelli (3).

Très vite, nous faisons connaissance avec quelques Inuits qui nous proposent d'assister à la cérémonie de rentrée des classes. Venez demain, c'est la fête de l'école!

Béatrice et Marc  naviguent vers Nuussuaq - 8 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent vers Nuussuaq - 8 août 2012.

A l'école de Nuussuaq - 10 août 2012.

A l'école de Nuussuaq - 10 août 2012.

Les enfants du village de Nussuaq en costume traditionnel avec le drapeau groenlandais le jour de la rentrée des classes - 10 août 2012.

Les enfants du village de Nussuaq en costume traditionnel avec le drapeau groenlandais le jour de la rentrée des classes - 10 août 2012.

 

Nous sommes le 9 août, mais c'est déjà la rentrée. Dans les villages Inuits, tout est prétexte à un évènement festif autour d'un café instantané redoutable pour nos estomacs délicats, mais servi dans une atmosphère de grande convivialité Les enfants sont magnifiques dans leurs vêtements traditionnels; ils écoutent sagement les discours. La fête se termine par un lancer de pièces de monnaie qui déclenche des cris de joie.

Cet arrêt nous permet de prendre les prévisions météo. Un créneau de beau temps doit nous permettre de partir avant le retour de vents violents.

 

Il faut faire vite et nous quittons Nuussuaq dans l'après-midi du 10 août pour une étape qui fut la plus délicate de la traversée. Au bout d'une heure, nous tournons la pointe sud-ouest de l'île de Nuussuaq qui nous abritait du large. A partir de là, une houle d'ouest assez forte et l'impossibilité d'accoster sur une côte escarpée et barrée par les icebergs, créent une situation difficile. Nous devrons pagayer six heures sans le moindre arrêt, afin de sortir de ce traquenard et trouver une baie abritée pour installer notre camp. Le dîner fut rapide et la nuit longue. Tellement longue que les kayaks ne furent pas mis à l'eau le lendemain matin, une petite pluie fine ayant éteint nos dernières vélleités de départ.

Jean-Marc et Michele devant l'île Holmø entre les camps 15 et 16 - 16 août 2012.

    Jean-Marc et Michele devant l'île Holmø entre les camps 15 et 16            16 août 2012.

11 au 18 août - Tempêtes sur les fjords

Après une étape sans histoire le lendemain, nous ne sommes plus qu'à trois jours de Kullorssuaq, mais les cieux vont en décider autrement.

Le versant sud de l'île Holmø vu du camp 15, dit "Camp du soleil" - 16 août 2012.

         Le versant sud de l'île Holmø vu du camp 15, dit "Camp du soleil"      16 août 2012.

 

 

Dans la soirée, de fortes pluies et un vent violent s'abattent sur notre camp. Durant deux jours et deux nuits, la tempête sévit. Le calme ne revient que dans la soirée du 14 août. Nous repartons sous un ciel enfin dégagé. Trois jours de repos forcé nous ont mis en forme et, le soleil aidant, nous pagayons 40km avant d'établir un camp magnifique face aux falaises ocres du versant sud de l'île d'Holmø. Une nouvelle journée de soleil permet de gagner l'entrée de la baie d'Alison où les choses se gâtent à nouveau.

Départ du camp 17 dit "Camp de la mer au cul" - 18 août 2012.

Départ du camp 17 dit "Camp de la mer au cul" - 18 août 2012.

 

 

Au matin du 17 août, un vent du sud-est s'est levé, le ciel est noir et il pleut. Mais la perspective de pagayer avec le vent dans le dos nous incite à partir. Deux heures nous suffisent pour parcourir les 18km permettant de sortir de la baie d'Alison. Deux heures agitées car le vent nous pousse vigoureusement, voire dangereusement, tandis que la mer se creuse de plus en plus. Chacun des deux kayaks monte et descend au gré des vagues jusqu'à disparaître de la vue de l'autre. Le vent forcit et nous impose une halte sur le versant nord de l'île d'Holmø où les tentes sont dressées.

Le camp 17 dit " Camp de la mer au cul " à la sortie de la baie d'Alison - 18 août 2012.

Le camp 17 dit " Camp de la mer au cul " à la sortie de la baie d'Alison - 18 août 2012.

Autour du camp 18 dit "Camp des glaçons" - 18 août 2012.

Autour du camp 18 dit "Camp des glaçons" - 18 août 2012.

 

 

 

Le lendemain,  nous sommes tout près de Kullorssuaq et nous disposons encore d'une semaine. Aucune hésitation sur l'emploi du temps. Départ immédiat vers le nord pour une petite visite de la baie de Melville avant de regagner le village. Nous ne regretterons pas ce choix.

19 au 24 août - La baie de Melville 

 

A l'entrée de la baie de Melville, devant le Camp 18 dit "Camp des glaçons" - 19 août 2012

A l'entrée de la baie de Melville, devant le Camp 18 dit "Camp des glaçons"  - 19 août 2012.

Le 19 août, nous pénétrons en baie de Melville et la navigation se complique. Nous devons à la fois demeurer éloignés des grands icebergs et éviter le brash-ice (4) qui recouvre la surface de l'eau afin de ne pas endommager les kayaks.  Après une journée passée à éviter les glaçons tout en gardant un oeil sur les grandes cathédrales, le premier camp en baie de Melville qui sera le camp 19 est établi sur l'île d'Hovgard Kystland. La pluie fait un retour en force et la journée du lendemain se passe à surveiller les tentes. Nous quittons l'île d'Hovgard vers le nord le 21 août.

Le camp 20, dit "Camp de la vague" sur l'île Kiataussap - 21/22 août 2012.

Le camp 20, dit "Camp de la vague" sur l'île Kiataussap - 21/22 août 2012.

Le front de la calotte n'est pas là où la carte le situe, et nous commençons à avoir un aperçu des modifications récentes de la côte. Nous naviguons à la recherche d'une calotte invisible, d'autant plus invisible qu'un épais brouillard s'installe et ralentit notre progression. Après deux heures de boussole, de GPS et de carte fausse, nous rebroussons chemin car l'absence de visibilité nous cache les icebergs et devient dangereuse. Le camp est installé sur l'île Kiataussap où il est facile de monter les tentes et les kayaks en hauteur. L'avenir va démontrer une fois de plus que cette précaution est indispensable ici où de très grands icebergs sont susceptibles de se fracturer à tout instant en provoquant un tsunami de plusieurs mètres.

 

La soirée est tranquille mais, à une heure du matin, un grand fracas suivi d'un fort bruit de vagues nous réveille; un iceberg se désagrège et bascule devant le camp. Nous regardons les vagues successives balayer la côte et lécher les kayaks bien arrimés à plusieurs mètres au-dessus de la mer tandis que les tentes sont à l'abri encore plus haut.

Le jour suivant, nous gravissons le sommet de l'île afin d'avoir une vue d'ensemble de la côte. Depuis là-haut, la carte à la main et un fabuleux paysage sous les yeux, l'importance du recul des glaces est saisissante. La topographie de la côte évolue rapidement sous l'effet du réchauffement climatique.

Vue de la calotte depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. Ici, le front du glacier a reculé de plus de 15km depuis les années 80 - 22 août 2012.

Vue de la calotte depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. Ici, le front du glacier a reculé de plus de 15km depuis les années 80 - 22 août 2012.

Vue vers l'est depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. Le passage maritime était encore couvert de glace à la fin du siècle dernier.  21 août 2012.

Vue vers l'est depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. Le passage maritime était encore couvert de glace à la fin du siècle dernier. 21 août 2012.

Vue depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. L'île est une île nouvelle due à la disparition de la glace qui recouvrait la mer au premier plan - 21 août 2012.

Vue depuis le sommet de l'île Kiataussap, au-dessus du camp 20. L'île est une île nouvelle due à la disparition de la glace qui recouvrait la mer au premier plan - 21 août 2012.

Face à nous, la calotte a reculé de plus de 15km par rapport à l'emplacement indiqué sur la carte dans les années 80, ce qui correspond à plusieurs centaines de mètres par an. Des nunataks sont apparus tandis que d'autres se sont transformés en îles, modifiant les conditions de navigation et les possibilités d'accostage. C'est ainsi qu'il est maintenant possible de contourner Hovgard Kystland par l'est en bateau.La transformation du paysage est stupéfiante.

Le 23 août nous faisons une seconde tentative pour aller plus au nord dans la baie de Melville, mais une croûte de glace se forme à la surface de l'eau. Après avoir joué au brise-glace, nous devons admettre que la mer est en train de geler.

 

Il est temps de faire demi-tour pour ne pas rester bloqués. Nous revenons camper sur l'île de Hovgard, dans une baie abritée, et profitons d'une très belle  soirée pour faire une magnifique balade sur une crête dominant la calotte et les icebergs. L'endroit est étrange; un reste de calotte fossile domine un bras de mer libre et témoigne d'une extension très récente de cette calotte. Plusieurs heures durant, nous contemplons ce fabuleux paysage illuminé par un soleil changeant de couleur à chaque instant et semblant se fondre dans la mer. La journée du lendemain est consacrée à une longue randonnée pour atteindre le modeste (323m), mais lointain, sommet de Hovgard Kystland.

 

Vue vers le sud depuis le sommet de l'île Kiataussap. L'aiguille rocheuse que l'on voit au fond est le Devil's Thumb qui domine le village de Kullorssuaq - 23 août 2012.

Vue vers le sud depuis le sommet de l'île Kiataussap. L'aiguille rocheuse que l'on voit au fond est le Devil's Thumb qui domine le village de Kullorssuaq - 23 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 - 23 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 - 23 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent près de l'île Kiataussap entre les camps 20 et 21 - 23 août 2012.

Béatrice et Marc naviguent près de l'île Kiataussap entre les camps 20 et 21 - 23 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 - 23 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 -  23 août 2012.

Jean-Marc et Michele entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Jean-Marc et Michele entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 - 23 août 2012.

Vue sur la calotte depuis l'île Hovgard Kystland, au-dessus du camp 21 - 23 août 2012.

25 août - L'île Björling

Soleil de minuit sur l'île Björling - 23 août 2012.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

La journée du 25 août fut sans aucun doute la plus belle du voyage et une des plus marquantes de toutes nos randonnées en kayak de mer.

Halte au soleil entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Halte au soleil entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Le camp 22 dit "Camp de la fin" sur l'île Björling - 25 août 2012.

Le camp 22 dit "Camp de la fin" sur l'île Björling - 25 août 2012.

Un ciel lumineux sans un souffle de vent, une mer lisse et les icebergs au rendez-vous nous ont offert une traversée de rêve entre l'île Hovgard et l'île Björling où nous avons campé au soir de cette journée de fête.

 

Béatrice et Marc entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Béatrice et Marc entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Michele et Jean-Marc entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Michele et Jean-Marc entre l'île Hovgard et l'île Björling - 25 août 2012.

Mais cette fête, aussi belle soit elle, n'était pas encore complète quand nous sommes arrivés sur l'île Björling car il manquait l'apothéose. Celle-ci est arrivée devant le camp au cours de la soirée et elle fut extraordinaire.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

En cette fin de mois d'août, le soleil, au ras de l'horizon, a créé pour nous durant plus de trois heures un fabuleux spectacle sur la baie. Les icebergs, d'un blanc éclatant, de toutes les formes et de toutes les tailles imaginables....

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

....se coloraient progressivement en jaune de plus en plus vif, puis en orange, avant de virer au rose pour terminer la soirée d'un rouge lumineux avant de revenir doucement vers le jaune puis le blanc avec la remontée du soleil sur la ligne d'horizon.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

Soleil de minuit sur l'île Björling - 25 août 2012.

Nous sommes demeurés silencieux, immobiles, fascinés. Un coucher de soleil sur les icebergs de la baie de Melville est une intense émotion esthétique qui, à elle seule, justifierait ce voyage.


26 et 27 août - L'arrivée à Kullorssuaq

Le 26 août, il est temps de rejoindre Kullorsuaq pour organiser la logistique du retour et permettre à nos amis Jean-Marc et Mikele de prendre l'hélicoptère du 28. En effet, il n'y a pas de piste d'atterrissage à Kullorsuaq et l'accès n'est possible qu'en hélicoptère ou en bateau durant l'été.

Arrivée à Kullorssuaq. L'aiguille rocheuse du Devil's Thumb (546m) domine le village bien visible - 26 août 2012

Arrivée à Kullorssuaq. L'aiguille rocheuse du Devil's Thumb (546m) domine le village bien visible - 26 août 2012.

 

L'île est dominée par une grande aiguille rocheuse, le Devil's Thumb, et l'arrivée est très belle. Dès que nous sommes à quai, on nous aide à sortir les kayaks de l'eau; l'accueil est simple, sympathique et nous essayons d'échanger quelques mots. Pele parle un peu anglais et, grâce à lui, nous passons la nuit dans la maison communale qui nous servira de camp.

A Kullorssuaq, comme partout chez les Inuits, les enfants sont rois: ils chantent, crient, jouent toute la nuit sous les fenêtres. N'étant plus habitués à la chaleur d'une maison, nous dormons assez mal.

 

La journée du lendemain sera bien remplie; nos amis plient leur affaires tandis que nous cherchons un moyen pour revenir à Upernavik avec les 2 kayaks et le matériel. Il y a peu de bateaux et nous sommes un peu inquiets à l'idée de rallier Upernavik sur une petite barque de pêche avec tout notre chargement. En traînant sur le port, nous faisons la connaissance de Manu grâce à qui tout va s'arranger; une barque de taille raisonnable et surtout couverte, pilotée par le sympathique et expérimenté Pavia, nous ramènera à Upernavik. Le rendez-vous est pris pour le 2 septembre.

Vue depuis le village de Kullorssuaq sur l'île Sarqardler dans la soirée - 27 août 2012.

Vue depuis le village de Kullorssuaq sur l'île Sarqardler dans la soirée.      27 août 2012

28 août au 1ér septembre - L'île Holmø et l'île Sarqardlerssuaq

Le camp 24, dit " Camp de la plage " sur l'île Holmø le 30 août 2012.

Le camp 24, dit " Camp de la plage " sur l'île Holmø - 30 août 2012.

 

 

Jean-Marc et Michele partis pour Upernavik en hélicoptère, nous quittons Kullorsuaq en kayak avec 4 jours d'autonomie pour l'île Holmø. Le ciel est clair et l'arrivée sur l'île a lieu sur une plage de sable ocre où l'on imaginerait bien des cocotiers et des baigneuses en petit maillot de bain ! Attention cependant, la température de l'eau est de 1°. Le camp est dressé à côté de la plage avant une visite de la côte nord de l'île. 

 

 

Le jour suivant, une longue randonnée nous conduit au sommet de 780m qui domine l'île Holmø. Vue magnifique sur les grandes falaises ocres du versant sud de l'île, le détroit d'Ikerasâ où était situé notre camp 15 ainsi que sur le versant nord et les montagnes qui entourent Kullorssuaq.

Vue depuis le sommet de l'île Holmø sur le camp 15 et l'entrée de la baie d'Alison. 29 août 2012.

Vue depuis le sommet de l'île Holmø sur le camp 15 et l'entrée de la baie d'Alison. 29 août 2012.

 

Béatrice descend du sommet de l'île Holmø vers le camp 24 dit "Camp de la plage" - 29 août 2012

Béatrice descend du sommet de l'île Holmø vers le camp 24 dit "Camp de la plage" - 29 août 2012.

 

 

 

 

Le 30 août, quittant l'île Holmø et sa plage en direction de l'île Sarqardlerssuaq, nous gagnons Otto Havn où est établi le 25ème et dernier camp de notre voyage. Une dernière balade à pied permet de gagner l'extrémité nord de l'île avant de rejoindre le camp, face au sommet du Devil's Thumb.

Après avoir rejoint Kullorsuaq, le kayak est démonté et plié pour le retour à Upernavik. Dans la soirée du 2 septembre, après 7h de navigation, nous débarquons à Upernavik. Expédition du matériel, congratulations avec nos amis de la compagnie maritime, avion, le voyage est fini mais les images demeurent, et quelles images !

 

Béatrice et Marc à la sortie de la baie d'Alison entre les camps 17 et 18 - 18 août 2012

Béatrice et Marc à la sortie de la baie d'Alison entre les camps 17 et 18 - 18 août 2012

La fin d'un monde

Malgré de mauvaises conditions météorologiques cette année, nous avons pu réaliser cette traversée de 500km. Notre incursion dans la baie de Melville restera un moment inoubliable. Nous avons été les témoins privilégiés de la disparition d'un monde. L'ampleur du recul de la calotte est stupéfiante, le paysage est méconnaissable, les chasseurs ne peuvent plus parcourir la banquise, les bureaux de Nuuk se remplissent et les pétroliers arrivent.

Ils quittent un à un le pays

Pour s'en aller gagner leur vie

Loin de la terre où ils sont nés.

Depuis longtemps ils en rêvaient

De la ville et de ses secrets

Du formica et du ciné.

Jean Ferrat

Notes

1 - Isfjord: Fjord dont la partie amont est en contact avec la calotte ou un glacier important vêlant des icebergs. Un isfjord est donc plus ou moins recouvert de brash-ice et d'icebergs.

2 - Inlandsis: Glacier de très grande étendue recouvrant la terre ferme; c'est ici la calotte polaire du Groenland.

3- Alain et Nathalie Antognelli sont un couple de photographes professionnels monégasques. Ils naviguent en kayak autour du Groenland depuis cinq ans et ont effectué plusieurs hivernages sur la côte ouest. Ils ont publié le livre «L'âme de la banquise». On peut les retrouver sur le site: www.phototeam-nature.com

4 - Brash-ice: Glaçons flottant sur la mer, de taille décimétrique ou métrique pour les plus importants, provenant de la fracturation des icebergs ou de la dislocation d'une banquise.

Marc Breuil, Michele Cuneo, Jean-Marc Daveau et Béatrice de Voogd ont découvert Kullorssuaq et la baie de Melville du 23 juillet au 3 septembre 2012.

Jean-Marc et Michele entre l'île Björling et Kullorssuaq - 26 août 2012.

Jean-Marc et Michele entre l'île Björling et Kullorssuaq - 26 août 2012.

Cartes

 Carte 1 - Le départ de Upernavik au camp 5.

Carte 1 - Le départ de Upernavik au camp 5.

Carte 2 - Le Giesecke Isfjord du camp 5 au camp 10.

Carte 2 - Le Giesecke Isfjord du camp 5 au camp 10.

Carte 3 - Ussing Isfjord et Nuussuaq du camp 10 au camp 14.

Carte 3 - Ussing Isfjord et Nuussuaq du camp 10 au camp 14.

Carte 4 - Kullorsuaq et la baie de Melville du camp 15 au camp 26.

Carte 4 - Kullorsuaq et la baie de Melville du camp 14 au camp 26.