Norvège: Les Alpes de Lyngen

Groenland: Les Alpes de Stauning
12 septembre 2016
Norvège 2016: Tysfjord et Lofoten
23 novembre 2016

Les Alpes de Lyngen
Avril 1989


Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

    Le nord de la Norvège offre de nombreuses possibilités de ski de randonnée dans des massifs très alpins, soit au départ d'un voilier, soit en portant un énorme sac, les reliefs n'étant pas adaptés au ski avec une pulka.

    Le massif des Alpes de Lyngen est situé dans le nord de la Norvège et recouvre toute la péninsule du même nom. Il s'étend à l'est de la ville de Tromsö, entre 69°15' et 70° de latitude et a la forme d'un grand rectangle de 90km de long et 15km de large. Bordée à l'est par le Lyngenfjord et à l'ouest par l'Ullsfjord, la péninsule de Lyngen est presque complètement coupée en deux  parties par le Kjösenfjord, et seule une étroite bande de terre sur laquelle est construit le bourg de Lyngseidet relie le nord et le sud de la péninsule. Les Alpes de Lyngen dépassent à peine 1800m d'altitude (1834m au Jiekkevarri, point culminant du massif) mais les sommets sont situés près de la mer et les dénivelées sont importantes. Les sommets des montagnes ont une forme de pics et d'aiguilles et présentent de raides et hautes pentes glaciaires et rocheuses séparées par de longues crêtes. En raison de la latitude élevée, divers glaciers, souvent raides et crevassés, atteignent environ 500m d'altitude.

Marc sur le plateau de Rottenvikfjellet le 17 avril 1989. Au fond, le Lyngenfjord et l'entrée du Kafjord.

Marc sur le plateau de Rottenvikfjellet le 17 avril 1989. Au fond, le Lyngenfjord et l'entrée du Kafjord.

    Les Alpes de Lyngen présentent donc un aspect très alpin et leur traversée à skis au printemps constitue un raid très original car le parcours offre une succession de vues magnifiques sur les fjords bleutés qui entourent le massif. L'enneigement ne pose jamais de problème, permettant de skier au niveau de la mer jusqu'en mai.

    La traversée à skis des Alpes de Lyngen est techniquement difficile car diverses vallées orientées suivant la direction est-ouest obligent le skieur qui traverse la péninsule du sud vers le nord, ou vice-versa, à une succession de montées et de descentes raides et crevassées. Enfin, sur le plan climatique, malgré la latitude, les températures ne sont jamais très basses au printemps, la mer est partout libre de glaces et la fréquence des jours de mauvais temps est comparable à celle de nos Alpes. Concernant notre itinéraire, attention au fait que certains parcours glaciaires sont susceptibles de modifications.

Accès

De Tromsö que l'on rejoint facilement en avion, prendre le bus en direction de Narvik et descendre à Nordkjosbotn, à l'extrémité sud du Balsfjord. On chausse les skis en descendant du bus, au bord de la mer. Le retour s'effectue en utilisant la ligne de bus Lyngseidet-Svensby-Bac sur l'Ullsfjord-Breivik-Tromsö. Se renseigner à Tromsö ou à Lyngseidet sur les horaires de ce bus.

Hébergement

Il n'existe aucun refuge dans le massif et aucun hébergement dans les vallées intérieures. Les seuls lieux habités sont situés au bord de la mer. La totalité du raid doit donc être effectuée sous tente. Un approvisionnement complet est possible à Lyngseidet.

Tromso le 22 avril 1989.

Tromso le 22 avril 1989.

Antoine sur les crêtes du Jaekkevarri. Le Lyngenfjord est dans la brume.

Cartes

Deux cartes au 1/50000ème de très bonne qualité couvrent l'itinéraire. Feuilles N° 2780 et 2781 (Lyngenhalvøya Nord et Sør). On peut les acheter sur www.dntbutikken.no qui est le site du DNT, équivalent norvégien du Club Alpin Français. On trouve également ces cartes à Tromsö.

Période

La période favorable pour un raid à skis s'étend de mars à la mi-mai. A cette époque, l'enneigement est encore suffisant près de la mer.

Matériel

Matériel de cuisine avec carburant et une semaine de vivres. Equipement de couchage, tente, pelle à neige, piolet, crampons, couteaux, baudrier, corde, skis. Tout ceci conduit à un sac très lourd. On peut aussi utiliser éventuellement des skis de Télémark. Ainsi, la première traversée intégrale du massif du Lyngen du nord au sud a été effectuée avec l'équipement norvégien typique de ski de fond.

Itinéraire

Les lieux d'étape sont donnés à titre indicatif, chacun peut les modifier selon ses goûts puisqu'il n'y a pas de refuges. Nous avions prévu 6 jours pour la première partie de la traversée et 5 jours pour la seconde partie si on veut rejoindre l'extrémité nord de la péninsule de Lyngen. Arrivés à Tromsö le 10 avril, nous avons acheté des vivres pour une semaine avant de prendre le bus le lendemain et nous étions de retour à Tromsö le 22 avril.

De Nordkjosbotn à Lyngseidet
La traversée du sud des Alpes de Lyngen

 

1ère étape - Montée au Storvatnet

A Nordkjosbotn où l'on chausse les skis au bord de la mer, s'élever vers le nord-est sur des pentes douces couvertes de bois clairsemés. Le poids du sac est tel que, pour la première fois de notre carrière, nous étions en grande difficulté à un arrêt d'autobus! Gagner le Storvatnet (305m) et camper sur les rives du lac.

Marc avec un gros sac près du Rieppevatnet le 12 avril 1989.

Marc avec un gros sac près du Rieppevatnet le 12 avril 1989.

2ème étape - Du Storvatnet au Rypedalsvatn

Remonter vers le nord-est, puis le nord, la Lysvassdalen pendant 4km, puis obliquer vers l'est et franchir le large col côté 455m. De là, rejoindre l'extrémité est du lac Gurgela (443m) près d'une cabane en ruines. Monter au-dessus de la cabane puis s'élever en oblique vers la droite (est), rejoindre la côte 620m, puis descendre vers l'est et gagner le Rieppevatnet (539m).

En direction est-nord-est remonter un vallon facile jusqu'à la côte 940 où on oblique vers le nord puis, rapidement, vers l'ouest. Remonter un peu afin de contourner la cime côtée 1203 par le sud. En restant aux environs de 1020m, rejoindre le col côté 1008m qui domine le Jekkivatnet. Cette traversée est exposée et se déroule sur un terrain rocheux. On descend facilement vers le nord jusqu'au Jekkivatnet (619m). Contourner par l'est, sans difficulté, le grand sommet côté 1510m en restant toujours au-dessus de 500m et gagner le Rypedalsvatn (569m). Le second camp est établi sur la rive du lac.

Depuis le camp, on peut gagner l'extrémité ouest du Rypedalsvatn et de là, faire l'ascension du Durmalstinden (1257m) par son versant sud ou du Bjellogaissa (1356m) par sa crête nord sur de belles pentes très propices au ski.

3ème étape - Traversée du Langdalstindane

Quitter le Rypedalsvatn en direction nord-nord-est et franchir le petit col situé à l'ouest du point côté 667m. Poursuivre vers le nord-est, passer à l'ouest du sommet côté 574 et descendre dans le fond de Langdalen que l'on rejoint vers 480m. Remonter vers le nord-est en suivant un torrent bien indiqué sur la carte jusqu'à la côte 750. Là, obliquer vers le nord-ouest et gagner le fond d'une petite dépression à la côte 837.

Le sommet du Jiekkevarri le 15 avril 1989.

Le sommet du Jiekkevarri le 15 avril 1989.

Remonter vers le nord-est des pentes moyennes afin de gagner un sommet très plat d'environ 1150m situé à l'est du point côté 1214. Suivre une crête horizontale facile en direction ouest-nord-ouest, traverser la côte 1214 et rejoindre le col situé à l'ouest de celle-ci. Effectuer alors une traversée semi-circulaire vers le nord-est pour gagner un col rocheux (1140m environ), situé à l'ouest de la cime côtée 1308m.

Pour franchir ce col sans grande difficulté à 1150m, il faut retirer les skis car on doit parcourir une vingtaine de mètres sur des cailloux enneigés pendant la descente. Descendre alors vers le nord une belle pente jusqu'à environ 850m avant de remonter, toujours vers le nord, pour atteindre un replat à la côte 1018 où on installe le troisième camp.

4ème étape - Traversée de l'Imagai'si

Monter vers le nord un vallon facile pour rejoindre, vers 1170m, le col situé à l'est de la cime de l'Ellendaltind (1345m). S'élever vers l'est sur de larges pentes caillouteuses parfois denneigées, pour atteindre un sommet neigeux horizontal d'environ 1500m, au sommet de l'Imagai'si.

Le Fugldalsfjellet (à G) et le Jiekkevarri (à D).

Le Fugldalsfjellet (à G) et le Jiekkevarri (à D).

Descendre d'abord vers le nord-est jusque vers 1400m sur un glacier dominant de hautes barres rocheuses. Obliquer ensuite vers le sud en continuant à descendre sur le glacier d'une centaine de mètres. Vers 1300m, poursuivre la descente, assez raide et crevassée entre 1200 et 1100m, en obliquant vers l'est puis vers le nord. On parvient ainsi sur le replat du glacier de Steindalsbreen vers 1100m. Traverser ce glacier vers le nord-nord-ouest pour gagner le col côté 997m que l'on franchit.

Au col 997, descendre une pente courte mais raide sur environ 50m. Poursuivre vers le nord-ouest dans le vallon qui s'ouvre au-delà et gagner le Rundvatnet puis Goverdalen que l'on descend jusque vers 350m. Quitter le fond de la vallée et traverser à niveau vers le nord sur les pentes de la rive droite. Gagner ainsi le vallon de Slökedalen que l'on traverse avant de s'élever vers le nord pour rejoindre un groupe de petits lacs côtés 610m. Quatrième camp près des lacs dans un site magnifique.

5ème étape : Traversée du Jiekkevarri

Le Jiek'kevarri est le point culminant des Alpes de Lyngen à 1834m et sa traversée est l'étape reine du massif. C'est une vaste montagne présentant de raides versants glaciaires et un immense plateau sommital dont les accès sont délicats. Son ampleur, son caractère très alpin et sa beauté exceptionnelle font de la traversée du Jiek'kevarri une course d'anthologie qui présenterait de grandes difficultés d'orientation et de retraite en cas de mauvais temps. Le glacier d'accès est spectaculaire et impressionnant, crevassé et exposé à des chutes de séracs, il est malgré tout moins dangereux qu'il ne semble d'en bas.

Vue depuis le sommet de l'Istind. A G, le plateau du Jiekkevarri et à D, le Fugldalsfjellet. 18 avril 1989.

Vue depuis le sommet de l'Istind. A G, le plateau du Jiekkevarri et à D, le Fugldalsfjellet. 18 avril 1989.

Marc débouche sur le replat glaciaire du Jiekkevarri le 15 avril 1989.

Marc débouche sur le replat glaciaire du Jiekkevarri le 15 avril 1989.

 

Au camp 4, remonter vers l'est un large et facile vallon glaciaire en restant sur sa rive gauche, le plus à droite possible en montant, afin de se préserver d'une possible chute des séracs qui menacent la partie supérieure du vallon. Vers 1000m d'altitude, on rejoint ainsi un premier replat abrité à la base d'une paroi rocheuse.

En obliquant vers le nord, franchir une première zone de crevasses près de la rive gauche jusqu'à un second replat vers 1280m. Franchir la zone de crevasses et de séracs supérieure en remontant vers le nord-est des pentes glaciaires assez raides et crevassées le long de la rive droite. Ce passage, bien visible depuis le camp 4, s'effectue entièrement à skis.

 

On débouche sur le replat glaciaire du Jiek'kevarri à environ 1500m et, à partir de là, le parcours devient plus facile. En direction nord, suivre une succession de crêtes jusqu'à un dôme côté 1738m d'où l'on gagne aisément vers l'est le sommet du Jiek'kevarri (1834m).

Descendre vers le nord-est sur des pentes larges et faciles jusqu'à la côte 1500. Un passage assez raide, mais sans difficulté, permet de poursuivre la descente vers le nord-est, en passant entre un îlot rocheux à l'ouest et un grand à-pic glaciaire à l'est, pour gagner un col neigeux vers 1400

Remonter alors vers le nord-est sur de larges pentes assez raides jusqu'au sommet du Kveita (1751m). Un léger détour permet de gagner l'épaule sud du Kveita vers 1600m d'où la vue sur le Lyngsdalen, le Lyngen Fjord et le versant est du Jiek'kevarri est superbe.

Du sommet du Kveita, descendre une centaine de mètres vers le nord-ouest et suivre une large crête presque horizontale pour rejoindre un dôme neigeux vers 1680m où l'on installe le cinquième camp.

Le camp 5 sur le plateau sommital du Jiekkevarri au matin du 16 avril 1989.

Le camp 5 sur le plateau sommital du Jiekkevarri au matin du 16 avril 1989.

6ème étape - Le Rypedalsbreen.

Descendre vers le nord sur des pentes faciles jusque vers 1600m. Là, obliquer vers le nord-ouest et descendre un couloir raide d'environ 300m en direction du Fugledalsbreen que l'on rejoint vers 1250m. Traverser le Flugedalsbreen vers le nord-ouest en contournant un large entonnoir creusé par le vent et monter au Fugledalsskardet vers 1150m. Ne pas descendre sur le Fornesbreen, mais traverser horizontalement vers l'est à la côte 1100, puis s'élever d'une centaine de mètres, toujours vers l'est, pour rejoindre, vers 1190m, un col facile donnant accès au Rypedalsbreen.

Descendre le glacier plutôt sur sa rive gauche jusque vers 940m où l'on domine la chute de séracs du Rypedalsbreen sur le Rypedalsvatnan. Traverser horizontalement tout le glacier pour rejoindre sa rive droite à proximité de quelques rochers. Descendre une pente très raide de 200m à 45° et gagner le lac glacé de Rypedalsvatnan. Traverser le lac vers le nord-est, passer près des petits lacs côtés 667 et 661 et descendre Rypedalen afin de rejoindre le fond de Kvalvikdalen vers 450m.

Marc dans la descente du Rypedalsbreen le 16 avril 1989.

Marc dans la descente du Rypedalsbreen le 16 avril 1989.

Ne pas descendre la vallée mais remonter progressivement vers l'est puis le nord-est sur sa rive gauche afin de gagner, aux environs de 600m, le grand replat de Langvatnet. Suivre vers le nord ce replat qui domine le Lyngenfjord et atteindre Lyngseidet en descendant au milieu des bois sur la rive droite du torrent Gjerdelva. Sixième camp à Lyngseidet.

Il est possible d'éviter la très raide descente du Rypedalsbreen qui nécessite de bonnes conditions. Pour cela, au Fugledalsskardet, il faut descendre le Fornesbreen et gagner Fornesdalen. Franchir le petit col de Fornesskardet et rejoindre Rypedalen où l'on retrouve l'itinéraire venant du Rypedalsbreen.

De Lyngseidet à Lyngstuva
La traversée du nord des Alpes de Lyngen

 

7ème étape - Le Rottenvikfjellet

Remonter à travers les bois situés au nord de Lyngseidet en suivant un large sentier enneigé. On passe ainsi un peu à l'ouest de Kua et l'on gagne le sommet de Eidnassen vers 500m. Poursuivre vers le nord à travers le plateau de Rattenvikfjellet pour atteindre Rattenvikvatnet (512m) que l'on traverse entièrement du sud vers le nord. Obliquer vers l'ouest et gagner à 670m un petit replat à la base du Rottenvikbreen où le septième camp est installé dans un site splendide.

Antoine sur le Rottenvikfjellet le 17 avril 1989.

Antoine sur le Rottenvikfjellet le 17 avril 1989.

8ème étape - L'Istinden

Remonter facilement le Rottenvikbreen vers l'ouest-sud-ouest jusque vers 950m, puis obliquer vers le nord et gagner la partie supérieure du glacier vers 1120m. Poursuivre vers l'ouest-sud-ouest et rejoindre, à la côte 1300, le col situé entre l'Istinden (1495m) au nord et le Store Kjöstind (1488m) au sud. Laisser les skis au col et gagner la crête sud de l'Istind, rocheuse mais sans difficulté. On atteint le sommet de l'Istinden (1495m) en s'élevant sur une pente de neige courte mais très raide (environ 60m à 45°). Vue magnifique sur tout le massif du Lyngen et les fjords. Reprendre le même itinéraire pour regagner le camp 7. La descente à skis du Rottenvikbreen, sur des pentes idéales, sans crevasses, est superbe.

Du camp 7, s'élever vers l'ouest-nord-ouest et gagner le col Riep'pi (909m). Descendre vers le nord-nord-ouest le vallon issu du col et gagner la Fastdalen qui descend vers le nord-est. Atteindre aisément la Russedalen que l'on remonte vers le nord-ouest jusqu'au large col séparant Russedalen de Stortinddalen à environ 400m. Le huitième camp est monté au col.

Marc sur le plateau du Jiekkevarri. Au fond, le Fugldalsfjellet. 15 avril 1989.

Marc sur le plateau du Jiekkevarri. Au fond, le Fugldalsfjellet. 15 avril 1989.

9ème étape - Le Strupbreen

Très belle étape au cours de laquelle on descend le plus grand glacier des Alpes de Lyngen. Monter vers le nord sur des pentes faciles afin d'atteindre la base d'un grand glacier. Remonter ce glacier vers le nord en se tenant à l'extrémité de sa rive gauche. Surmonter un passage très raide et crevassé entre 600 et 900m et rejoindre ainsi le Lenangsskardet vers 1150m. Ne pas descendre le Lenangsbreen mais remonter des pentes de neige vers l'est. Vers 1270m, on rencontre une crête rocheuse. Un court mais raide couloir de neige qui s'ouvre à gauche permet de gagner une crête sans retirer les skis. Descendre alors tout le Strupbreen pendant plus de 6km et gagner le Strupvatnet à la côte 501. Trois zones de crevasses s'évitent par la droite. La raide paroi de glace qui surplombe le Strupvatnet peut être franchie facilement à droite.
Traverser le lac vers le nord-ouest puis remonter vers l'ouest un vallon facile jusqu'à un large col aux environs de la côte 600. Descendre alors vers l'ouest pour atteindre le Strupskardvatnan (400m) où l'on dresse le neuvième camp dans un site superbe.

 10ème étape – Reindalen et le Vaggasblåisen

Au camp, sans se laisser tenter par le vallon qui s'ouvre au nord du lac à la côte 345, remonter vers le nord jusque vers 600m. Obliquer vers le nord-est et rejoindre un vallon suspendu peu visible du bas sur des pentes très raides qui nécessitent de retirer les skis (300m à 40°). On parvient ainsi au col d'environ 1050m situé au nord-ouest du sommet sud du Veidalstindan (1197m).

Descendre en traversant vers l'est jusqu'au col d'environ 970m situé au sud de la côte 1010. Descendre le glacier vers l'est en restant plutôt en rive gauche. Quitter le glacier près du lac glacé côté 633 et descendre un vallon au nord-est jusque vers 500m. Passer à gauche de la côte 531 et rejoindre la Reindalen vers 330m.

Remonter Reindalen vers le nord-ouest jusqu'au col 610m puis descendre vers le nord-ouest vers 520m. Là, remonter une large pente raide (300m à 40°) vers le nord-est pour atteindre un col situé vers 950m, au sud-est du sommet côté 1233m. Descendre le Vaggasblåisen vers le nord et quitter l'extrémité inférieure du glacier par la droite (paroi rocheuse à gauche) pour descendre sur le replat de Kvasstinddalen. Une longue marche vers le nord à travers une zone boisée entrecoupée de petits torrents permet de gagner le fjord de Straumen, terme de cette dixième étape

Aiguilles sans nom au nord de Lyngseidet.

Aiguilles sans nom au nord de Lyngseidet.

Vue depuis sommet du Jiekkevarri le 16 avril 1989.

Vue depuis sommet du Jiekkevarri le 16 avril 1989.

11ème étape: Lyngstuva

Suivre la rive est du Straumen jusqu'au petit vallon de Storurddalen. Remonter ce vallon vers l'est jusqu'à un col d'environ 1000m situé entre le Storurdtinden (1221m), au sud, et le Stor-Galten (1219m), au nord. Descendre vers l'est le glacier de Gamvik Blåisen jusque vers 600m. Obliquer alors vers le nord pour rejoindre un vaste plateau qui conduit à Lyngstuva (330m), à l'extrémité nord de la péninsule de Lyngen où le raid se termine face à la mer. Retour à Straumen en suivant la côte d'où l'on gagne Tromsö en bus.

Ce raid a été effectué par Marc Breuil et Antoine Melchior du 11 au 22 avril 1989.

Carte

Carte de la traversée des Alpes de Lyngen.